La semaine dernière, le directeur du Bureau de projet du Tramway, Daniel Genest, expliquait devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement que le remplacement des trambus par des Métrobus dans l’axe d’Estimauville—Université Laval, annoncé le 29 juin, allait diminuer de 1,6 % l’achalandage global projeté.
La semaine dernière, le directeur du Bureau de projet du Tramway, Daniel Genest, expliquait devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement que le remplacement des trambus par des Métrobus dans l’axe d’Estimauville—Université Laval, annoncé le 29 juin, allait diminuer de 1,6 % l’achalandage global projeté.

Tramway: nouvelle étude d’achalandage nécessaire, juge les Transports

Le ministère des Transports réalisera une nouvelle étude d’achalandage pour évaluer les impacts des modifications faites au projet de tramway et de la construction d’un éventuel tunnel Québec-Lévis.

Le cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, a confirmé l’information lundi à la suite d’un article paru le matin dans le Journal de Québec.

«La nouvelle étude d’achalandage permettra d’avoir un portrait clair sur l’impact du changement de la portée du projet du réseau structurant de transport en commun. Cela nous permettra donc de prendre les meilleures décisions possible. Une étude en prévision de bien arrimer les choses avec le tunnel Québec-Lévis», commente Florence Plourde, attachée de presse du ministre.

«Le projet dévoilé par la Ville de Québec (récemment) diffère grandement de la version présentée en 2018. Comme le premier ministre l’a dit, nous allons prendre un certain temps pour étudier le nouveau projet. Nous voulons avoir tous les éléments en main, compte tenu des sommes importantes que nous injectons», ajoute-t-elle.

La semaine dernière, le directeur du Bureau de projet du Tramway, Daniel Genest, expliquait devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement que le remplacement des trambus par des Métrobus dans l’axe d’Estimauville—Université Laval, annoncé le 29 juin, allait diminuer de 1,6 % l’achalandage global projeté. Ce changement était devenu nécessaire pour récupérer 700 millions $ qui serviront à construire le tracé du tramway dont le coût est plus élevé que prévu.

À une question des commissaires, M. Genest, a répondu qu’une nouvelle étude d’achalandage telle que réclame le BAPE prendrait de «six à neuf mois de travail», précisant avoir «du trouble à comprendre la portée de refaire ce travail-là».

Lundi, Mme Plourde ne pouvait s’avancer sur le temps de réalisation d’une étude d’achalandage qui cherche à analyser, par exemple, les habitudes de transport de différentes clientèles.

Le bureau du maire de Québec n’a pas voulu réagir à cette annonce. Elle pourrait avoir l’effet de contrecarrer la volonté de Régis Labeaume d’accélérer la planification du projet de tramway. La demande a été faite auprès du gouvernement du Québec pour permettre l’ouverture des soumissions en juillet 2021 plutôt qu’en février 2022. Les consortiums intéressés avaient jusqu’au 13 juillet pour répondre à l’appel de qualification lancée par la Ville.