Rémy Normand avoue qu’il aimerait bien que le projet de loi soit au moins adopté avant la fin de la session parlementaire, le 14 juin.

Tramway: Normand voudrait un projet de loi avant la fin de la session

La Ville de Québec commence à s’impatienter alors que les gouvernements fédéral et provincial discutent quant au financement du projet de tramway de Québec. Indiquant que ces tergiversations n’ont pas encore causé de retard dans le projet, le conseiller municipal et président du comité exécutif Rémy Normand avoue qu’il aimerait bien que le projet de loi soit au moins adopté avant la fin de la session parlementaire, le 14 juin.

«Des échos que l’on en reçoit, ça se parle, ça négocie, mais ça n’aboutit pas!», a déclaré le conseiller rencontré lors de la Fête mondiale du jeu de Québec à l’école secondaire de Rochebelle. Le gouvernement provincial a déjà annoncé qu’il verserait 1,8 milliard $ dans le projet de 3 milliards $. Le gouvernement fédéral a annoncé 400 millions $, invitant le gouvernement provincial à puiser les 800 millions $ restants dans les différentes enveloppes disponibles, une option qui ne plait pas au gouvernement Legault. 

«On a entendu toutes sortes de choses, un projet allégé, un projet par étapes et finalement il semble que ce ne soit plus vrai. Si on pouvait au moins avancer un peu au niveau du projet de loi, qu’on l’adopte avant la fin de la session. Ça nous permettrait de procéder entre autres en adoptant certains règlement et aussi pour les expropriations», indique M. Normand.

Celui-ci avoue cependant que l’échéancier du projet de tramway, qui devrait entrer en service en 2026, n’a pas encore été bousculé par les négociations fédérales-provinciales. «On fonctionne encore avec l'enveloppe qu’on a déjà pour le bureau de projet, qui embauche déjà plus de de 60 personnes», indique-t-il.