Le ministre de l’Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, a fait cette déclaration en marge d’une conférence de presse jeudi à Lévis.

Tramway: le financement obtient la bénédiction fédérale

C’est fait. «Enfin», diront plusieurs. Le projet de tramway a finalement obtenu l’approbation du gouvernement fédéral qui autorise le transfert de 800 millions de dollars manquants de Montréal vers Québec.

«Vous demanderez au maire de Québec. Je lui ai parlé juste avant d’entrer dans l’édifice. Il a reçu la lettre qui confirme le financement. Tout est en ordre pour faire l’annonce dans les prochains jours.»

Le ministre de l’Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, a fait cette déclaration en marge d’une conférence de presse jeudi à Lévis. 

En juin, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal concluaient une entente de principe qui permettait de boucler le financement du réseau structurant de transport en commun à Québec. La mairesse Valérie Plante concédait 800 millions $ d’argent fédéral administré par Québec pour la réalisation du tramway dans la capitale. En échange, elle obtenait un investissement futur du gouvernement du Québec dans un tramway sur un tronçon de la ligne rose.

Précisément, cette entente était rendue possible avec la garantie, notamment, que le gouvernement du Québec inscrira à son programme d’infrastructure 2020-2030 la construction «du tronçon ouest de la ligne de tramway entre le centre-ville et Lachine sur l’axe de la rue Notre-Dame».

Depuis cette entente, la Ville de Québec attendait une confirmation du fédéral, qui devait l’approuver.

Mésentente

Le gouvernement du Québec avait garanti sa participation au projet de la Ville de Québec à la hauteur de 1,8 milliard $, mais prétendait que le montant de 1,2 milliard $ promis par Ottawa n’était pas sur la table. 

Le gouvernement Legault critiquait l’entente fédérale-provinciale en vigueur sur le financement du transport en commun. Elle favorise les villes qui comptent déjà sur des systèmes de transport en commun développés, comme Mont­réal, puisque l’argent est distribué selon l’achalandage. La métropole accaparait ainsi la majeure partie des 5,2 milliards $ d’Ottawa, laissant 412 millions $ à Québec, d’où le manque à gagner de 800 millions $ pour boucler le financement du projet de réseau structurant en transport en commun de Québec évalué à 3,3 milliards $.

À cela, le fédéral répondait que le 1,2 milliard $ annoncé pour le projet de tramway de Québec pouvait être pigé dans différentes enveloppes budgétaires accordées à la province de Québec et gérées par le gouvernement provincial. Ce à quoi Québec répondait que les sommes disponibles dans les autres enveloppes étaient déjà investies dans divers projets.

Devant cette impasse politique, le gouvernement du Québec a fait appel à l’administration Plante pour négocier une entente qui permettrait de transférer les 800 millions $ manquants vers la capitale.

+

INVESTISSEMENT HISTORIQUE EN TRANSPORT EN COMMUN À LÉVIS

La Ville de Lévis démarrera en 2021 son projet d’aménagement de voies réservées au transport en commun sur le boulevard Guillaume-Couture. Un projet de 87,9 millions de dollars.

«C’est le plus important investissement d’infrastructures publiques à Lévis. C’est historique», s’est réjoui le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, qui avait opté pour ce projet après l’abandon du projet de SRB.

L’annonce avait déjà été faite en 2017 sous l’ancien gouvernement libéral du Québec. À l’époque, il n’y avait aucune participation financière du gouvernement fédéral. 

Cette fois, le ministre de l’Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, était présent pour confirmer un investissement de 27,3 millions $ d’Ottawa. L’ajout de ce partenaire permet de diminuer la part financière de Lévis qui est maintenant de 10 millions $. Le gouvernement Legault contribue à hauteur de 50 millions $. La ministre responsable de la région de Chaudière-Appalaches, Marie-Éve Proulx, représentait le ministre des Transports, François Bonnardel.

Le projet vise l’aménagement de deux nouvelles voies réservées pour le transport en commun sur le tronçon de 4,5 km du boulevard Guillaume-Couture compris entre les pôles Desjardins et Chute-de-la-Chaudière-Est.

L’argent servira à l’élargissement de la chaussée, l’aménagement d’aires d’attente, la modification des feux de circulation, l’ajout d’abribus adaptés, la modification de certains trottoirs, l’aménagement de pistes cyclables et le déplacement d’infrastructures municipales.

Le maire de Lévis souhaite profiter de cet investissement majeur pour densifier en hauteur le secteur le long du parcours. Il ne pouvait confirmer encore, mercredi, si les voies réservées seront aménagées au centre de la chaussée ou de chaque côté. Les études en cours permettront de déterminer la meilleure option.

Les travaux qui débuteront en 2021 s’échelonneront jusqu’en 2024-25, avance le maire Lehouillier. Ce projet sera fait en parallèle avec la transformation de la route 116 en boulevard urbain. D’ailleurs, des consultations débuteront bientôt pour obtenir l’avis de groupes et de citoyens concernés par ce projet. Jean-François Néron