La Société du chemin de fer de la Gaspésie aimerait prouver en 2013 que l'essai de transport de pales réalisé en juin 2012 était plus qu'une expérience. Pour cela, il faut que des trains circulent jusqu'à Gaspé.

Train New Carlisle-Gaspé: pas de service avant la fin de 2012

Après de nombreux reports depuis décembre 2011, les Gaspésiens devraient être fixés sur une période plausible de reprise des services ferroviaires entre New Carlisle et Gaspé d'ici le milieu de novembre. Étant donné l'ampleur des réparations à faire sur une dizaine de ponts, le rétablissement de la liaison est exclu avant la fin de 2012.    
Le maire de Gaspé et président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, François Roussy, voudrait dans un contexte idéal informer les Gaspésiens avant la fin d'octobre, mais des rencontres avec Transports Québec au cours des prochains jours seront déterminantes dans le but de fixer un échéancier.
«C'est un nouveau gouvernement et il faut voir comment peut se déployer le plan de match», dit M. Roussy, en pensant aux 17 millions $ annoncés par le précédent gouvernement libéral. La somme était contenue dans le budget de mars. Elle a été confirmée à New Carlisle le 21 mai.
La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) a pris possession en août des études réalisées par deux firmes d'ingénierie, dont le Groupe Roche, au sujet de l'état des ponts entre New Carlisle et Gaspé, principalement.
François Roussy refuse pour le moment d'entrer dans les détails à propos de chacun des ponts à réparer, mais il précise que la SCFG a maintenant des documents extrêmement complets pour faire un appel d'offres.
«On peut dire que chaque millimètre de ces ponts a été étudié. Maintenant, on peut faire des plans et devis détaillés pour chaque pont. Ce n'était pas le cas pour des ponts dont les réparations ont été amorcées l'an passé, comme celui de Chandler. Si les réparations ont été longues, c'est parce qu'on avait moins d'information que maintenant», précise M. Roussy.
Les 17 millions $ venant du dernier budget québécois doivent en principe être étalés sur deux ans. La SCFG peut les utiliser de façon asymétrique, c'est-à-dire en intensifiant l'investissement lors de la première année.
Le directeur général de la société ferroviaire, Olivier Demers, a d'ailleurs confirmé au cours de l'été qu'une somme supérieure à 8,5 millions $ serait nécessaire pour rétablir la circulation entre New Carlisle et Gaspé.
Combien faudrait-il? Est-ce plus de 17 millions $ uniquement pour la première année? «Nous devons en discuter avec Transports Québec», se limite à dire François Roussy.
Rétablissement urgent
Il se dit conscient que le rétablissement du train de passagers de VIA Rail entre New Carlisle et Gaspé est urgent pour le public. Il rappelle aussi que deux projets de développement pour la SCFG nécessitent la reprise du service à l'est de New Carlisle le plus vite possible en 2013, à savoir le transport de pales éoliennes produites par l'usine LM Wind Power à Gaspé et l'établissement d'un train récréatif entre Gaspé et Percé pour la clientèle des navires de croisières.
Le train de VIA Rail n'a pas circulé à l'est de Matapédia du 20 décembre au début de mai. Il avait alors repris la navette entre Matapédia et New Carlisle, pendant que s'amorçait une vaste étude sur l'état des ponts de la portion est du réseau.
En décembre 2011, une étude de la firme Hatch Mott Macdonald a statué qu'il faut investir 93,5 millions $ en cinq ans pour remettre en bon état toute l'infrastructure des 325 kilomètres de voie ferrée séparant Matapédia de Gaspé. Ottawa a indiqué depuis un an son incapacité d'investir dans ce réseau.