Le tracé initial du train à grande fréquence de VIA Rail passerait par Montréal, Ottawa et Toronto, mais pas par Québec.

Train à grande fréquence: pression sur les élus pour inclure Québec

Vingt-deux leaders de la communauté d'affaires et des grandes institutions de Québec interpellent en choeur les élus régionaux afin qu'ils s'assurent que l'itinéraire proposé par Via Rail pour son projet de train à grande fréquence (TGF) inclue la capitale québécoise dès le départ.
Une lettre ouverte a été transmise aux médias par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ), vendredi avant-midi. Les signataires rappellent l'importance du corridor Québec-Montréal pour l'économie de la province et se désolent qu'il ne figure pas dans l'itinéraire préliminaire Montréal-Ottawa-Toronto annoncé par Via Rail. Le projet de TGF doit être déposé dans les prochaines semaines au gouvernement fédéral.
«Accepter que l'axe Montréal-Québec ne se réalise potentiellement que dans une phase ultérieure du projet aurait pour conséquence de couper l'économie de la province et de défavoriser les entreprises d'ici», peut-on lire.
«Le gouvernement fédéral doit absoluement s'assurer que Québec figure dans le tracé initial proposé par Via Rail. Le message est lancé par toute notre communauté. C'est maintenant le temps de se retrousser les manches pour obtenir un lien ferroviaire plus fréquent et plus efficace à Québec. Tous les élus de la grande région de Québec doivent se mobiliser en ce sens. Nous devons faire front commun face à cet enjeu. C'est maintenant que le train passe et Québec ne doit pas le manquer», concluent les auteurs.
Outre le président de la CCIQ, Alain Aubut, on y retrouve notamment Denis Brière, recteur de l'Université Laval,  Yvon Charest, président et chef de la direction de l'Industrielle-Alliance, Michel Dallaire, président et chef de la direction du Fonds de placement immobilier Cominar, Daniel Gélinas, directeur général du Festival d'été de Québec, Mario Girard, président-directeur général de l'Administration portuaire de Québec et Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins.
Soutien total de Labeaume
Le maire Régis Labeaume n'a pas tardé à réitérer son appui à un itinéraire qui inclurait la capitale. «Le maire a été clair. Si ce projet se réalise, il est hors de question que Québec n'en fasse pas partie», a indiqué l'attaché de presse de M. Labeaume, Paul-Christian Nolin. Il réaffirmait en cela la position «déjà exprimée par le maire il y a quelques semaines».  
En décembre, M. Labeaume avait en effet promis de monter au front dans ce dossier. «Via Rail va entendre parler de nous autres. Les gens d'affaires peuvent être sûrs que je ne serai pas derrière eux autres, mais devant eux et avec eux», avait-il illustré.
Le maire, a confirmé M. Nolin vendredi, appuie donc la Chambre de commerce dans cette nouvelle sortie publique. «Tant mieux. plus on sera nombreux à le réclamer, plus il y a de chances que ça se réalise», a-t-il dit.  Avec Valérie Gaudreau