Tous les grands événements maintenus en 2019

La Ville de Québec maintient son financement des grands événements pour la prochaine année même si la participation du gouvernement du Québec demeure incertaine.

La directrice du bureau des grands événements, Catherine Chénier, a expliqué en comité plénier, tenu dans le cadre de la présentation du budget de la Ville, que son unité disposait pour 2019 de 12,9 millions de dollars, soit une somme à la hauteur des années précédentes.

En novembre, Le Soleil révélait que l’ex-gouvernement libéral de Philippe Couillard n’a pas reconduit pour 2018 la somme de 5 millions $ qui est consentie depuis près d’une décennie à la capitale pour créer un climat festif en ville. 

Pour pallier ce manque à gagner, la Ville a puisé cette somme à même une réserve d’environ 11 millions $, destinée aux grands événements. 

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, s’est ensuite engagée à ce que la Ville retrouve du financement en 2019. La décision sera connue plus tard l’an prochain.

Malgré cette incertitude, la Ville maintient son financement. Carnaval, Marché de Noël, Festibières, Manif d’Art et autres, tous recevront une aide financière. Le manque à gagner sera pris pour une seconde fois dans la réserve. «Vous devriez voir une programmation telle qu’on l’a conçue», confirme Mme Chénier.

Si la pérennité des événements à court terme n’est pas mise en danger, la Ville devra faire des choix politiques pour maintenir l’ensemble de la programmation si le gouvernement du Québec se retirait définitivement de ce fonds.

Déménagements possibles

D’autre part, la directrice confirme l’intérêt de certains promoteurs pour tenir leur événement sur le futur site du Grand Marché, sans toutefois dévoiler des noms. Déjà, la Parade des jouets a tenu cette année sa seconde journée d’activités à ExpoCité.

Une situation qui pourrait réjouir le conseiller du district Cap-aux-Diamants, Jean Rousseau, qui a témoigné, mercredi encore, de l’exaspération de certains citoyens de son district qui jugent le nombre d’événements beaucoup trop élevé dans le Vieux-Québec et au Vieux-Port, rendant la circulation difficile et contribuant à la diminution de la qualité de vie.