Lévis compte huit ambulances pour 145 454 habitants, tandis que Saguenay en compte 13 pour 145 365 habitants.

Toujours pas assez d’ambulances dans Chaudière-Appalaches

La région de Chaudière-Appalaches serait toujours en déficit pour les services ambulanciers, et ce, même après les investissements de 3,8 millions $ annoncés par les ministres Gaétan Barrette et Dominique Vien juste avant Pâques. C’est du moins le point de vue de l’entreprise ambulancière Dessercom, qui a réclamé vendredi des bonifications à Lévis, Sainte-Marie-de-Beauce et Saint-Charles-de-Bellechasse.

Les ministres avaient annoncé l’ajout d’une ambulance à 24 heures sur 24 et sept jours sur sept à Lévis, portant le total à huit, et la conversion des horaires de travail de faction en horaires à l’heure à Saint-Flavien, Armagh et Lac-Etchemin, ce qui permet une intervention plus rapide. 

En conférence de presse vendredi, Maxime Laviolette, directeur général de Dessercom, a qualifié ces ajouts de «nettement insuffisants» même s’ils représentent une amélioration du service. «Ils ne permettent cependant pas de pallier la surcharge de travail ni d’offrir le service auquel la population a droit. Lorsque nous nous comparons à d’autres grandes villes de population semblable, Lévis est encore désavantagée», a-t-il expliqué.

Lévis loin derrière

Avec huit ambulances pour 145 454 habitants, Lévis est en effet bien loin derrière Saguenay, qui compte 13 ambulances pour 145 365 habitants, et Trois-Rivières, qui en a 15 pour une population de 136 018. «Ce qu’on déplore, c’est que le ministère ne nous dévoile ni ses méthodes de calcul ni son argumentaire. Il y a un manque de transparence, des questions sans réponse à savoir pourquoi on est si loin des autres villes de même population», poursuit M. Laviolette.

«Chaque fois que nous posons la question au ministère, on nous renvoie au Centre intégré de santé et services sociaux et quand nous contactons le Centre, il nous dit qu’il n’a pas de réponse et que le dossier relève du ministère. Bref, tout le monde se renvoie la balle pendant que nous, nous sommes en situation de découverture presque toutes les heures du jour», poursuit-il.

Dessercom estime que l’ajout d’une autre ambulance à Lévis permettrait une couverture plus convenable, même si elle ne serait pas encore optimale. L’entreprise réclame également la transformation des horaires de faction en horaires à l’heure à Sainte-Marie-de-Beauce et Saint-Charles-de-Bellechasse. Toutes ces transformations coûteraient environ 3 millions $ par année au gouvernement du Québec.