Un véhicule de Téo taxi

Téo Taxi: Lessard évoque un projet pilote spécifique à Québec

Le ministre des Transports hésite à rouvrir le projet pilote qui a permis l'implantation de Téo Taxi à Montréal, mais il pourrait en créer un second pour que ses taxis électriques roulent aussi dans les rues de Québec.
Le Soleil révélait dans son édition de mardi que l'entrepreneur Alexandre Taillefer ne pourra investir le marché de la capitale d'ici le mois de juin, comme il l'espérait. Son groupe est toujours en attente du OK du ministère des Transports, qui a autorisé un projet pilote pour Montréal et rechigne à l'élargir avant son expiration en novembre. Surtout que les travaux du Comité sur la modernisation de l'industrie du taxi viennent à peine de commencer.
«Ce que Téo demande, c'est d'augmenter le nombre de véhicules. On s'est dit favorable, mais il fallait le regarder, le documenter par territoire», a commenté mardi Laurent Lessard en mêlée de presse.
Celui-ci a fait ressortir qu'à Montréal, Téo Taxi respecte le principe de la gestion de l'offre auquel souscrit l'industrie du taxi : «Il loue sur des permis existants, donc il ne vient pas changer la nature des territoires.» 
Le ministre des Transports se montre disposé à «pérenniser» l'offre de Téo Taxi, conscient que M. Taillefer est prêt à réaliser de nombreux investissements, que les véhicules électriques coûtent cher. «On est plus dans cette phase de rendre permanent son projet et de voir comment l'augmentation du nombre de véhicules électriques peut être possible sur le territoire», dit M. Lessard.
Pour éviter de jouer dans un projet pilote toujours en cours - rappelons qu'Uber a aussi le sien -, l'option d'en créer un second pour la ville de Québec est étudiée.
M. Lessard assure que la décision finale n'est pas prise. «Non, on n'est pas en train de freiner, on est en train de trouver les solutions pour qu'ils puissent s'implanter progressivement», a-t-il insisté.
Plus de détails à venir...