Si les Madelinots n’ont pas peur de la tempête <em>Teddy</em>, ils sont néanmoins préoccupés par les fortes vagues annoncées qui pourraient causer beaucoup d’érosion côtière.
Si les Madelinots n’ont pas peur de la tempête <em>Teddy</em>, ils sont néanmoins préoccupés par les fortes vagues annoncées qui pourraient causer beaucoup d’érosion côtière.

Tempête Teddy: les Madelinots préoccupés par les risques d’érosion côtière

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
L’ouragan Teddy, classé maintenant comme tempête tropicale et qui devrait toucher les Îles-de-la-Madeleine en fin d’après-midi mardi et au cours de la nuit suivante, n’inquiète pas vraiment les Madelinots. Selon le maire, ses citoyens en ont vu d’autres. «On se prépare à une petite tempête de vent», laisse tomber Jonathan Lapierre. Les fortes vagues annoncées demeurent cependant une préoccupation majeure puisqu’elles risquent de causer beaucoup d’érosion côtière.

«Ils annoncent 90 km/h de vent, continue le maire Lapierre. On a eu ça pendant 15 jours de temps, il y a deux semaines!» Il encourage quand même ses concitoyens à ne pas laisser des choses sur leur propriété qui pourraient partir au vent, comme des chaises de patio, des BBQ, des poubelles et autres objets non fixés au sol. «On a une équipe qui va surveiller ce qui va se passer et qui va suivre la situation de près. Mais, il n’y a pas d’inquiétude à avoir.»

Pour l’élu, Teddy n’a rien de comparable à Dorian qui, l’an passé, avait causé beaucoup de dommages sur l’archipel. «L’année passée, c’était un ouragan qu’on nous annonçait aux Îles avec des vents qui dépassaient les 125 à 130 km/h. C’était vraiment comme une tornade. Mais là, ce sont les restes d’une tempête. Le plus fort qu’ils prévoient, c’est la nuit prochaine : des rafales à 100 km/h.»

Si les grands vents ne font pas peur aux insulaires, ils craignent toutefois que leurs falaises soient encore une fois grugées par de fortes vagues. «C’est le territoire qui, encore une fois, sera malmené parce que quand il se produit une tempête de vent, il y a érosion des berges, corrobore M. Lapierre. À chaque tempête de vent qu’il y a l’automne et l’hiver, on appréhende ça. Mais, on ne s’attend pas à ce qu’on a connu avec Dorian, à moins que la météo changerait.» Le météorologue Simon Legault d’Environnement Canada le confirme. «L’effet majeur qui nous inquiète, ce sont les vagues importantes qui pourraient créer beaucoup d’érosion côtière et on sait que les Îles sont sujettes à une forte érosion dans ces situations-là.» 

Importantes précipitations

Environnement Canada prévoit que d’importantes précipitations devraient commencer à tomber sur l’archipel dans le courant de l’après-midi de mardi. Par la suite, les vents devraient se lever et augmenter graduellement dans la soirée. «On parle de quelque chose aux alentours de 80 km/h au maximum, précise M. Legault. Donc, ce n’est rien pour effrayer les Madelinots, qui en ont vu des pires que ça chaque année!»

Selon le scientifique, il devrait pleuvoir beaucoup la nuit prochaine. La tempête devrait se calmer mercredi matin. Mais, les précipitations devraient reprendre dans la journée de mercredi. «La quantité totale attendue aux Îles-de-la-Madeleine est de 50 à 60 mm de pluie. Ce n’est pas un ordre de grandeur qui est extrêmement dommageable pour les Îles-de-la-Madeleine. Mais, on attend environ 3 à 4 mètres de vagues qui vont venir de l’est. La région de Cap-aux-Meules et d’autres endroits sont vraiment un secteur qui est vulnérable à l’érosion côtière. On sait que les installations portuaires de Cap-aux-Meules sont situées là.»

Le phénomène météorologique devrait toucher très faiblement la Gaspésie et un peu plus fortement la Côte-Nord, surtout à l’est de Natashquan, où de fortes précipitations sont prévues. «Les impacts majeurs au Québec sont vraiment du côté des Îles-de-la-Madeleine, souligne toutefois l’expert. Mais, je n’entends pas par là des impacts dévastateurs.»