L'échéance pour la mise en service du système de gestion électronique des stationnements a été fixée à 2018, soit pour l'ouverture du futur marché public.

Stationnement électronique en rodage au Centre Vidéotron

Le système de gestion électronique des stationnements installé il y a deux ans à ExpoCité est en rodage. Mais seulement au Pavillon de la jeunesse. Et seulement pour un mois.
Ce système, qui doit faciliter la répartition et la facturation des cases de stationnement près du Centre Vidéotron, n'a pas été utilisé à grande échelle encore. Au lieu des barrières automatisées, la Ville de Québec préfère toujours des préposés qui font payer les visiteurs à leur arrivée. Ce sera encore le cas pour la Grande foire qui occupe le site jusqu'à dimanche. Il en coûte 10 $ - payé comptant - pour garer sa voiture à proximité des manèges. 
Le nouvel équipement prévoit plutôt que les automobilistes prennent un billet en entrant, le conservent avec eux et acquittent la facture à une borne de paiement à l'intérieur du bâtiment visité, comme dans la plupart des hôpitaux. Les cartes de débit et de crédit sont acceptées. Le billet est nécessaire pour sortir du site. 
Les journalistes s'étant pointés en automobile ont dû suivre la nouvelle procédure pour assister au début du camp d'entraînement des Remparts, mercredi. Un préposé était là pour aider les visiteurs. Le stationnement était gratuit, mais il fallait tout de même faire valider son billet pour faire lever la barrière à la sortie. 
Vérification faite auprès de la Ville, le système n'est pas prêt à être lancé pour autant. La porte-parole Émilie Bruneau a spécifié au Soleil qu'il s'agit d'une période de rodage qui concerne seulement le Pavillon de la jeunesse et surtout les employés de l'administration d'ExpoCité. Les tests ont commencé le 1er août et dureront jusqu'à la fin du mois. 
Pas de plan définitif
Il n'y a pas de plan de déploiement arrêté, a spécifié Mme Bruneau. 
Lors de l'étude du budget, en décembre, le maire Régis Labeaume a spécifié que le système, qui a coûté 2,5 millions $ et doit s'autofinancer, ne sera pas utilisé quand le Centre Vidéotron sera rempli au maximum de sa capacité. Son administration calcule que les caissiers en chair et en os sont plus rapides que l'électronique. L'échéance pour la mise en service a été fixée à 2018, soit pour l'ouverture du futur marché public.