Le conservateur Alupa Clarke

Sprint final dans Beauport-Limoilou

La fin de la course électorale s’annonce très chaude, peut-être la plus serrée sur la scène fédérale en plus de 45 ans. Une circonscription comme Beauport-Limoilou pourrait faire la différence et avec trois candidats toujours au coude-à-coude, rien n’y est encore joué.

Le Soleil est allé prendre la température de l’eau, mercredi soir, à l’occasion d’une assemblée publique organisée au centre communautaire Monseigneur-De Laval, à Beauport. Les cinq principaux candidats se faisaient valoir auprès d’une cinquantaine d’électeurs, peut-être une dernière fois avant les élections de lundi.

«Je vais voter pour les plus sages!» a résumé Huguette Gagné, entre deux tables de discussion avec les candidats. Indécise sur son vote, la dame de 70 ans pose des questions sur la ligne de parti et les possibilités de retourner certains assistés sociaux sur le marché du travail pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre. «Ça redonnerait de la fierté à ces gens-là et ils connaissent nos valeurs!» affirme-t-elle.

Beauport-Limoilou arrive au 329e rang sur les 338 circonscriptions fédérales canadiennes au chapitre du revenu médian de ses habitants, soit 47 955 $. Un comté pauvre et qui réunit deux secteurs fort différents en Beauport et Limoilou.

La bloquiste Julie Vignola

Quasi-égalité

En vue des élections, l’agrégateur de sondages Québec 125 (canada.qc125.com) place la bloquiste Julie Vignola (27,6 %), le conservateur et député sortant Alupa Clarke (26,7 %) et le libéral Antoine Bujold (25,5 %) à quasi-égalité statistique, considérant que la marge d’erreur dépasse 6 %. Les trois étaient au rendez-vous mercredi soir pour répondre aux questions des citoyens, tout comme le candidat néo-démocrate, Simon-Pierre Beaudet, et la candidate verte, Dalila Elhak.

Pendant que la souriante Suzanne allait d’une table à l’autre pour remplir les verres d’eau, on a vite réalisé que M. Clarke avait amené plusieurs sympathisants avec lui.

Comme Andréa Turbide, dont le conjoint militaire est déployé en ce moment à Bagdad. Les coupes dans les soins aux militaires effectuées par les libéraux au printemps dernier l’inquiètent. Mme Turbide a déjà enregistré son vote en faveur des conservateurs, la fin de semaine dernière, lors du vote par anticipation.

Le libéral Antoine Bujold

«Pour notre futur»

Responsable de la Cuisine collective Beauport, l’un des trois organismes communautaires organisateurs de la soirée, Karina Bédard était là pour elle-même et pour ses membres. «Plusieurs filles m’ont texté pour me dire qu’elles ne pouvaient finalement pas venir. Je les comprends, quand tu as quatre enfants à t’occuper... Mais je travaille avec des personnes en situation de pauvreté et j’essaie de leur rapporter des outils de réponse. Et moi aussi, ça m’aide pour mon vote!» dit Mme Bédard.

Elle était aussi là pour son fils de 15 ans, Nathan Dessureault, qui s’intéresse déjà à la politique même s’il n’a pas encore le droit de voter. «C’est pour notre futur! S’il n’y a rien qui s’arrange, on ne sera plus ici et ça ne servira à rien», constate le jeune homme, qui a insisté auprès de sa mère pour être présent.

Il s’agit d’une troisième assemblée du genre tenue par ces organismes de Beauport, mais une première pour les élections fédérales. Les deux assemblées pour parler d’élections provinciales avaient été plus populaires. Soulignons l’initiative des organisateurs d’offrir le service de traduction en langage des signes sur place, aide dont quatre électeurs se sont prévalus.

En 2015, M. Clarke (30,6 %) s’est faufilé entre le libéral Bujold (25,4 %) et le député sortant du NPD, Raymond Côté (25,5 %) pour obtenir un premier mandat.

AbonnezvousBarometre