Au SSF, les programmes gérés par des OBNL pourront s’entraîner ensemble après les heures de classe, à partir de 16h30 mais ne pourront pas le faire l’après-midi, et je devrai garder les étudiants ici pour faire autre chose.»
Au SSF, les programmes gérés par des OBNL pourront s’entraîner ensemble après les heures de classe, à partir de 16h30 mais ne pourront pas le faire l’après-midi, et je devrai garder les étudiants ici pour faire autre chose.»

Sport étudiant: des réactions entre la déception et le soulagement

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
«On peut le voir comme une victoire, mais c’est plutôt un match nul. Et ça ne redonne pas la cohérence dans la pratique du sport à l’école et au niveau civil», soutenait le directeur général Luc Savoie, vendredi, après l’annonce faite par le premier ministre François Legault à l’effet que le sport étudiant pourrait reprendre dès le 14 septembre «si tout se passe bien».

Le Soleil s’est entretenu à nouveau avec les intervenants ayant commenté la décision de jeudi de suspendre le sport étudiant jusqu’au 1er octobre. Il allait de soi de leur parler à nouveau, 24 heures plus tard, maintenant que ce délai est ramené au 14 septembre.

À LIRE AUSSI: Reprises des activités sportives et artistiques à l'école le 14 septembre

À LIRE AUSSI: Les jeunes manifestent à Québec pour le maintien des sports scolaires

«Je n’ai jamais vu une telle pression populaire, j’avais l’impression qu’ils allaient modifier leur décision pour ne pas perdre la face. J’aurais aimé accompagner les jeunes et les parents à la manifestation qui s’est déroulée dans l’ordre, me dit-on. Je suis très fier d’eux, mais je suis aussi déçu qu’ils aient eu à faire ça», ajoutait celui qui a trouvé du réconfort dans les encouragements reçus en cette journée de rentrée scolaire qui n’avait pas l’effet «wow» des dernières années.

Savoie estimait que les joueurs de football restaient malgré tous les grands perdants de cette situation.

«Que le hockey démarre dans deux semaines, ils vont survivre à cela, et les joueurs de soccer pourront poursuivre leur saison au niveau civil. Mais il n’y a rien à faire pour le football, un sport qui a déjà eu à surmonter une période difficile en lien avec les commotions cérébrales. Au SSF, les programmes gérés par des OBNL pourront s’entraîner ensemble après les heures de classe, à partir de 16h30 mais ne pourront pas le faire l’après-midi, et je devrai garder les étudiants ici pour faire autre chose.»

Si tout va bien, le football pourrait donc reprendre après le 14 septembre avec l’espoir de disputer une saison à compter du 21 septembre.

«On espère qu’il en soit ainsi. Je n’ai pas encore analysé toutes mes options, mais je n’ai pas fermé la porte à joindre la Ligue midget AAA de Football Québec, un réseau civil qui commence ce soir [vendredi]. Je n’aurais qu’à renommer mon club le Blizzard de Saint-Augustin», indiquait celui qui ne serait pas difficile à convaincre d’opter pour cette solution de rechange.

École Cardinal-Roy

À l’école secondaire Cardinal-Roy, la direction accueillait cette modification à l’annonce de la veille avec un certain soulagement.

«Ça nous permet de poursuivre l’aventure comme on l’avait planifié. Il était d’ailleurs déjà permis de le faire, si on restait dans sa bulle. Nous allons demander à nos partenaires des différents programmes de respecter les groupes-classes et de faire preuve d’imagination pour la gestion de l’entraînement pour les deux prochaines semaines. Après, selon ce qu’on a compris, on pourra reprendre comme à l’habitude», disait le coordonnateur des programmes sports-arts-études, Danny Bell.

Par exemple, les joueurs de tennis d’une classe de secondaire 1 se retrouveront sur un même terrain, ceux de 3e sur un autre, et ainsi de suite. Au baseball, au lieu d’avoir 20 joueurs qui participent aux mêmes exercices, il pourrait y en avoir deux ou trois plus petits qui s’installent à chaque coin du terrain du Stade Canac et qui vont dans la cage des frappeurs chacun leur tour.

«Pour les sports où les terrains sont vastes, il n’y aura pas de problèmes, même chose pour les sports individuels. Pour les activités où le plateau est plus petit, les partenaires trouveront bien le moyen de respecter les consignes, quitte à entraîner une classe pendant qu’une autre fait des devoirs en attendant son tour. De notre côté, cette décision [de permettre la pratique du sport le 14 septembre si tout se passe bien] nous réconforte dans la piste qu’on avait empruntée de s’imposer des mesures strictes et sécuritaires pour nos élèves, autant à l’école que dans leur programme», ajoutait-il. L’école pourra même offrir le transport scolaire à chaque groupe-classe puisque les élèves y porteront un masque et ne seront que deux par banc.