Le sondage s’inscrit dans la foulée des récentes sorties publiques faites par le milieu des affaires, communautaire et de la santé, sur les bienfaits économiques et sociaux de l’implantation d’un tramway à Québec.

Sondage Léger Marketing: appui favorable au tramway

Un sondage Léger Marketing révèle que 59% des résidents de la Ville de Québec sont entièrement d’accord ou plutôt d’accord avec l’implantation d’un tramway dans la capitale.

Le coup de sonde a été réalisé pour le compte d’Accès transports viables, du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale et Équiterre, des organismes qui font la promotion du transport en commun.

On y apprend que 35% des sondés sont entièrement d’accord avec le projet et 24% plutôt d’accord. À l’inverse, 21% son plutôt en désaccord et 18% entièrement en désaccord. Enfin, 4% ont préféré ne pas répondre.

Le pourcentage d’acceptabilité passe de 59% à 61% lorsqu’on inclut les citoyens de la région métropolitaine de Québec (RMR), dont Lévis et l’île d’Orléans.

«À cause de la marge d’erreur du sondage, on peut s’imaginer que c’est égal, explique Étienne Grandmont, directeur général  d’Accès transports viables, à propos des pourcentages obtenus pour la Ville de Québec et la RMR. Ça m’a étonné, mais je suis très content. Je pense que les gens commencent à comprendre qu’il y a pour toute la région des enjeux économiques importants  liés à l’implantation d’un réseau structurant.»

D’ailleurs, il souligne que la réalisation de ce sondage entre dans la lignée des récentes sorties publiques faites par le milieu des affaires, communautaire et de la santé, sur les bienfaits économiques et sociaux de l’implantation d’un tramway à Québec. 

«On était intéressé de savoir si on avait le même appui dans la société civile. On se rend compte que c’est à peu près le même consensus», ajoute M. Grandmont.

Le sondage montre aussi que 39% sont plutôt en désaccord (21%) ou entièrement en désaccord (18%) avec le projet de réseau structurant. Ce pourcentage est de 36% à l’échelle de la région métropolitaine.

«On a toujours la même quantité de personnes qui s’opposent au projet parce que ces gens s’opposent au transport collectif, interprète le dg. Ça démontre qu’il faut continuer à maintenir les efforts pour communiquer les avantages d’un réseau structurant.»

Financement nécessaire

Deux citoyens sur trois de la ville de Québec (65%) comme de la RMR (66%) sont en accord pour que les gouvernements du Québec et du Canada trouvent une solution, dans les meilleurs délais, pour assurer le financement du Réseau structurant de transport en commun.

Les deux paliers de gouvernement ne s’entendent toujours pas où prendre l’argent pour boucler le financement de 3 milliards $. Ottawa dit que sa contribution de 1,2 milliard $ se trouve dans les différentes enveloppes «vertes» gérées par Québec alors que le gouvernement Legault soutient qu’il manque toujours 800 millions $.

Le sondage omniweb a été réalisé du 12 au 16 avril auprès de 501 personnes, dont 376 de la Ville de Québec. Il comporte une  marge d’erreur de plus ou moins 4,4% 19 fois sur 20.