Le ministre de la Santé a annoncé lundi un investissement de 8 millions $ dans l'achat d'outils technologiques, principalement des tablettes, pour les équipes de soins à domicile.

Soins à domicile: Québec octroie 8 M$ pour des outils technologiques

MONTRÉAL — Québec ajoute une autre pièce au casse-tête de l'informatisation du dossier de santé du patient, casse-tête qu'il tente de résoudre depuis plus de 25 ans.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé lundi matin à Verdun, un investissement de 8 millions $ dans l'achat d'outils technologiques, principalement des tablettes, pour les équipes de soins à domicile.

«Une des critiques qui avaient été faites et un des souhaits qui avait été clairement exprimé par tous les professionnels qui oeuvrent dans le secteur de soins à domicile était de disposer des outils technologiques qui simplifient leur vie», a affirmé le ministre Barrette lors de l'annonce.

«Ç'a l'air simple, mais ça change la vie des professionnels sur le terrain de diverses manières», a ajouté le ministre, faisant valoir qu'un tel outil permettra de consigner sur place lors de la consultation, les renseignements pertinents au dossier plutôt que de les mémoriser ou de les écrire à la main pour ensuite les retranscrire.

L'appel d'offres, qui doit être clos le 31 mars prochain, prévoit l'achat de quelque 6600 tablettes pour chacun des membres des équipes.

Ces notes électroniques seront dès lors transmissibles à distance dans le dossier électronique du patient, lorsque cet outil verra finalement le jour.

Outre des médecins et des infirmières, les équipes multidisciplinaires de soins à domicile regroupent aussi des travailleurs sociaux, ergothérapeutes, psychologues, physiothérapeutes et autres professionnels de la santé.

Un échec coûteux et persistant

Le ministre Barrette a bon espoir de mener à terme le long processus de numérisation des données médicales et administratives des patients, qui a connu moult ratés depuis l'annonce de son implantation.

«Nous souhaitons et nous allons arriver à cette destination-là d'ici un peu plus de deux ans», a affirmé le ministre.

«C'est une des transformations les plus importantes du réseau», a-t-il tenu à ajouter.

Les premières discussions visant à numériser le dossier santé du patient ont eu lieu en 1990, alors que Marc-Yvan Côté était ministre de la Santé dans le gouvernement de Robert Bourassa; il y était alors question d'une carte à puce.

En 2000, une commission d'étude présidée par l'ex-ministre péquiste Michel Clair recommandait d'implanter la carte à puce, recommandation qui était devenue un projet du gouvernement Landry l'année suivante sous l'égide du ministre de la Santé d'alors, Rémy Trudel avant d'être abandonné en 2003 par son successeur à ce poste, François Legault.

Le projet Dossier santé Québec avait ensuite été lancé en 2006 par le gouvernement Charest, alors que Philippe Couillard était ministre de la Santé, et devait être complété en 2010 au coût de 563 millions $.

Après des critiques impitoyables du vérificateur général Renaud Lachance en 2011, le Dossier santé Québec qui avait été confié en sous-traitance à l'entreprise privée a été rapatrié par les autorités gouvernementales.

En 2014, le ministre Barrette a fait état de ses nouvelles cibles, soit un réseau entièrement informatisé en 2021 au coût final de 1,6 milliard $.