Contenu commandité
Six idées pour acheter local
Six idées pour acheter local
En étant pratiquement le seul endroit où il est possible de trouver de la nourriture à Saint-Adrien, le comptoir le Saint-Vrac a dû s’adapter. Sur la photo, l’un des propriétaires, Conrad Goulet.
En étant pratiquement le seul endroit où il est possible de trouver de la nourriture à Saint-Adrien, le comptoir le Saint-Vrac a dû s’adapter. Sur la photo, l’un des propriétaires, Conrad Goulet.

Vive le vrac à Saint-Adrien

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Le concept de la nourriture en vrac connaît un essor fulgurant et même les plus petites communautés du Québec n’y échappent pas. Le village de Saint-Adrien en Estrie, avec quelque 500 habitants, peut compter sur son propre comptoir, le Saint-Vrac.

« Le commerce est ouvert au public, mais est centré sur les membres, expliquait Conrad Goulet, l’un des copropriétaires, lors du passage de La Tribune cet été. On n’a pas d’heures d’ouverture. On est ouvert quand on est là et les membres ont accès 24 h sur 24 avec une clé. Tout l’inventaire est basé sur les demandes des membres. »

De leur propre aveu, M. Goulet et son partenaire Pierre Robichaud doivent gérer une croissance plus rapide qu’ils ne l’avaient imaginé. Une affiche au cœur du village attire beaucoup de gens vers le commerce d’autant plus que le mont Ham, tout près, attire énormément de touristes. Et en étant pratiquement le seul endroit où il est possible de trouver de la nourriture à Saint-Adrien, le commerce a dû s’adapter. Il y a même de la crème glacée disponible durant la saison estivale.

« On a ajouté des mets préparés et aussi la boulangerie, indique M. Goulet. Chaque semaine on augmente un peu notre diversité pour arriver finalement à avoir une épicerie complète. De plus en plus de familles font leur épicerie au complet chez nous. »

Rappelons que le désert alimentaire de Saint-Adrien pourrait se transformer en véritable fourmilière de l’alimentation locale dès l’été prochain. La Coopérative du Marché au cœur, un projet qui entend notamment rassembler le comptoir de vrac, une épicerie, un restaurant et une cuisine de transformation dans un même bâtiment écologique en plein cœur du village, avance à grands pas vers sa phase de financement.