Contenu commandité
Six idées pour acheter local
Six solutions
Six idées pour acheter local
La pandémie a mis en lumière l’importance du commerce local. Mais au-delà de l’engouement spontané, comment garder le mouvement vivant? La Coopérative nationale de l’information indépendante vous propose des idées lancées partout sur nos territoires pour dynamiser et maintenir la solidarité envers les entreprises d’ici. Des pistes originales, locales et inspirantes.
Partager
Dollars solidaires pour les commerces

Six Solutions

Dollars solidaires pour les commerces

Myriam Boulianne
Myriam Boulianne
Le Soleil
Alexia Oman et Geneviève Simard se sont donné comme mission de relancer l’achat local à Québec. La première est la coordonnatrice de Monnaie locale complémentaire Québec (MLCQ), et la deuxième, cofondatrice de l’application Wyse Wallet. À l’occasion de la deuxième phase des Dollars solidaires, elles ont uni leurs forces pour que #solidairespournoscommerces soit un succès.

À l’instar de la première phase, cette campagne, une initiative de la MLCQ, cible aussi les commerçants situés hors des Sociétés de développement commercial (SDC). «C’est un mouvement qui se veut plus démocratique, afin que davantage de gens soient conscientisés à l’achat local et que cette initiative bénéficie à des commerçants situés hors des artères commerciales», souligne Mme Oman.

Pour l’instant, 110 commerces ont adhéré au Dollar solidaire, dont les 60 commerces du Grand Marché de Québec.

«La MLCQ travaille dans le but de changer les mentalités en ce qui a trait aux habitudes de consommation, à savoir la façon de dépenser notre argent. On trouve ça important que plus de personnes, de divers quartiers et communautés, puissent bénéficier de la campagne», poursuit la coordonnatrice.

Ubisoft Saguenay offre des cartes-cadeaux de commerces locaux à ses employés 

Actualités

Ubisoft Saguenay offre des cartes-cadeaux de commerces locaux à ses employés 

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Ubisoft Saguenay a soutenu une dizaine de commerces du centre-ville de Chicoutimi en remettant des cartes-cadeaux à ses employés dans le cadre de la première phase de sa campagne d’achat local de 35 000 $.

L’entreprise, dont les studios saguenéens sont situés sur la rue Racine, au cœur du centre-ville, a ainsi voulu inciter ses 70 employés à dépenser chez les commerçants du secteur, malgré le fait que la majorité de l’équipe soit toujours en télétravail.

Vive le vrac à Saint-Adrien

Six solutions

Vive le vrac à Saint-Adrien

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Le concept de la nourriture en vrac connaît un essor fulgurant et même les plus petites communautés du Québec n’y échappent pas. Le village de Saint-Adrien en Estrie, avec quelque 500 habitants, peut compter sur son propre comptoir, le Saint-Vrac.

« Le commerce est ouvert au public, mais est centré sur les membres, expliquait Conrad Goulet, l’un des copropriétaires, lors du passage de La Tribune cet été. On n’a pas d’heures d’ouverture. On est ouvert quand on est là et les membres ont accès 24 h sur 24 avec une clé. Tout l’inventaire est basé sur les demandes des membres. »

De leur propre aveu, M. Goulet et son partenaire Pierre Robichaud doivent gérer une croissance plus rapide qu’ils ne l’avaient imaginé. Une affiche au cœur du village attire beaucoup de gens vers le commerce d’autant plus que le mont Ham, tout près, attire énormément de touristes. Et en étant pratiquement le seul endroit où il est possible de trouver de la nourriture à Saint-Adrien, le commerce a dû s’adapter. Il y a même de la crème glacée disponible durant la saison estivale.

« On a ajouté des mets préparés et aussi la boulangerie, indique M. Goulet. Chaque semaine on augmente un peu notre diversité pour arriver finalement à avoir une épicerie complète. De plus en plus de familles font leur épicerie au complet chez nous. »

Rappelons que le désert alimentaire de Saint-Adrien pourrait se transformer en véritable fourmilière de l’alimentation locale dès l’été prochain. La Coopérative du Marché au cœur, un projet qui entend notamment rassembler le comptoir de vrac, une épicerie, un restaurant et une cuisine de transformation dans un même bâtiment écologique en plein cœur du village, avance à grands pas vers sa phase de financement.

Les réseaux sociaux comme tremplin

Six solutions

Les réseaux sociaux comme tremplin

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
On parle souvent des effets néfastes des réseaux sociaux. Mais, il y a aussi de bons côtés. Le ministre des Transports, député de Granby et responsable de l’Estrie, François Bonnardel, en a tiré profit pour soutenir l’économie dans la région en créant la page «Achat local Granby». «En ces temps difficiles pour tout le monde, montrons à quel point on sait se serrer les coudes : achetons québécois», peut-on lire en accédant à la plateforme.

Le mouvement n’a pas tardé à prendre de l’ampleur. À ce jour, la page compte près de 10 500 membres. On y retrouve autant des gens qui cherchent des produits d’ici que des personnes qui en ont à vendre. Idem pour les services. Selon François Bonnardel, le momentum est bien tangible.

Le Marché de l’Outaouais

Six solutions

Le Marché de l’Outaouais

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Depuis le début de la pandémie, le Marché de l’Outaouais a le vent dans les voiles. La coopérative de solidarité qui regroupe 80 producteurs régionaux et plus de 5000 membres a presque quadruplé son chiffre d’affaires, elle qui était en sérieuses difficultés financières en début d’année.

Les messages d’achat local lancés par le premier ministre François Legault et le maire de Gatineau Maxime Pedneault-Jobin semblent avoir très bien passé dans la population outaouaise. Quoique pour le directeur général de la coop, Michaël Daudelin, ce n’est pas la seule raison à ce renversement de situation pour le Marché.

Panierlocal.ca: une réponse à un besoin pré-pandémique

Six solutions

Panierlocal.ca: une réponse à un besoin pré-pandémique

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Nicolet — «Parce qu’on a beaucoup de clients qui commandent à chaque semaine, chaque deux semaines, on s’est rendu compte qu’on répondait à un besoin qui était là avant la pandémie». Voilà comment l’un des cofondateurs de Panierlocal.ca, Frédéric Roy, explique la poursuite de cette plateforme d’achat en ligne et de livraison qui fut pourtant créée au début des mesures de confinement, en avril, sur le territoire des MRC de Bécancour et Nicolet-Yamaska, en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec.

Déjà, son partenaire dans l’aventure, Philippe Dumas, du Moulin Michel de Gentilly, travaillait à faire connaître les produits locaux. Mais comment encourager les commerçants locaux tout en étant confiné à la maison? «Réunir tous ces bons produits 100 % local sur une seule boutique en ligne», explique M. Roy.