Six pompiers de Québec qui ont participé à un tournoi de golf de leur club social à la mi-septembre ont contracté la COVID-19, confirme le Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec.
Six pompiers de Québec qui ont participé à un tournoi de golf de leur club social à la mi-septembre ont contracté la COVID-19, confirme le Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec.

Six cas de COVID-19 confirmés au tournoi de golf des pompiers de Québec

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Six pompiers de Québec qui ont participé à un tournoi de golf de leur club social à la mi-septembre ont contracté la COVID-19, confirme le Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec (SPCIQ).

Après le retrait de neuf pompiers en contact avec une personne infectée et une demande de tests préventifs pour une centaine d'autres participants au tournoi, le plus récent bilan du SPCIQ fait état de six cas positifs. Parmi les six, au moins deux sont des pompiers retraités.

«Au niveau des opérations, il n'y a pas d'impact, tout roule encore bien», dit Bill Noonan, parole-parole du SPCIQ, qui compte près de 470 pompiers.

La Santé publique est chargée de retracer toutes les personnes que les pompiers infectés auraient pu contaminer.

La semaine dernière, Le Soleil rapportait qu'une note interne transmise aux employés du SPCIQ informait le personnel de «la présence de cas positifs de COVID-19 chez certains participants» au tournoi de golf du Club social des pompiers professionnels de la Ville de Québec. Le tournoi s’est tenu le 16 septembre au Golf Montmorency et 116 personnes y participaient.

Par mesure de «prévoyance» et de «prudence», mentionnait-on dans la lettre acheminée au personnel, il était «recommandé» à tous ceux qui ont participé au tournoi de subir un test de dépistage.

En entrevue avec Le Soleil, le directeur du SPCIQ, Christian Paradis, avait indiqué que la direction s’était montrée «très clairement défavorable» à l’organisation du tournoi dans le contexte de la pandémie. Mais le tournoi se déroulait à l’extérieur du travail, il n'était pas piloté par le service incendie, avait affirmé M. Paradis.

Au moment du tournoi de golf, la Santé publique autorisait toujours les rassemblements de moins de 250 personnes.

«L’éclosion est en lien direct avec le golf, parce qu’une personne qui présentait des symptômes était présente au tournoi. Il y a eu des manquements aux mesures sanitaires concernant l’hygiène et la distanciation», avait révélé Christian Paradis, appréhendant «une évolution défavorable de l’éclosion».