Le virus du papillome humain sur la surface d’une cellule

Seulement une Québécoise sur cinq vaccinée contre le virus du papillome humain

MONTRÉAL - Seulement une Québécoise sur cinq a été vaccinée contre le virus du papillome humain (le VPH) et plus du tiers d’entre elles estiment qu’elles n’ont pas besoin de l’être, révèle un nouveau sondage dont La Presse canadienne a pris connaissance en primeur.

La Société canadienne du cancer rappelle que le VPH est à l’origine de la quasi-totalité des cas de cancer du col de l’utérus. Chaque année, au Québec seulement, près de 300 femmes reçoivent un diagnostic de cancer du col de l’utérus, ce qui le classe au troisième rang des cancers les plus fréquents chez les femmes âgées de 25 à 44 ans.

On estime que jusqu’à 75 pour cent des hommes et des femmes ayant une vie sexuelle active contracteront une infection par le VPH au moins une fois au cours de leur vie.

«Je pense vraiment qu’il y a une insouciance par rapport (au VPH), a dit la docteure France Leduc, une obstétricienne-gynécologue de l’Hôpital Cité-de-la-Santé de Laval qui participe à la nouvelle campagne de sensibilisation «Parlons VPH». On entend beaucoup plus parler d’autres cancers que des cancers gynécologiques ou génitaux. Je pense qu’il y a encore un peu un tabou autour de ça et c’est ce qu’on essaie de briser. Plus on en parle, plus on va améliorer la situation.»

Pour sa part, la championne olympique Marianne St-Gelais a décidé de s’impliquer après que sa soeur eut reçu un diagnostic de VPH il y a quelques années, heureusement sans conséquence fâcheuse.

«(Ma soeur) est vraiment dans le public cible, a-t-elle expliqué. Elle est dans la cible de l’âge, elle a un partenaire stable... Elle est dans toutes les fausses idées qu’on peut avoir par rapport à cette infection-là et je me disais que c’était d’autant plus facile pour moi de m’impliquer parce que mon exemple personnel est parfaitement relié au message qu’on veut envoyer. La sensibilisation s’adresse à ces femmes-là. Cette cause-là me parlait beaucoup.»

La docteure Leduc confirme d’ailleurs que plusieurs mythes associés au VPH sont bien enracinés. Plusieurs femmes croient ainsi que le cancer du col de l’utérus est héréditaire, ou encore qu’elles n’ont pas besoin d’être vaccinées parce qu’elles sont plus âgées ou dans une relation stable.

Puisque le VPH ne cause souvent aucun symptôme, la majorité des femmes et des hommes infectés par le virus peuvent le transmettre sans même le savoir. Environ le tiers des Canadiens chez qui on a diagnostiqué un cancer lié au VPH étaient des hommes; chez eux, le virus pourra notamment se traduire par un cancer de la bouche ou de la gorge.

«C’est un virus qui peut être évité, et c’est un peu ça qui est l’essence derrière la campagne: de dire qu’on n’a pas à s’infliger ces choses-là, a dit Marianne St-Gelais. Oui ça fait peur, oui c’est un diagnostic qui peut être lourd, mais renseignons-nous et allons vers les choix qu’on peut faire et qui vont nous aider à être mieux protégés. Des fois c’est triste de voir que les femmes sont conscientes (du risque) mais qu’elles n’agissent pas.»

Le sondage en ligne utilisant un panel Léger a été réalisé auprès de 1000 Québécois (700 femmes et 300 hommes) âgés de 23 à 45 ans, entre le 15 et le 22 avril 2019. Il était commandité par Merck Canada. La marge d’erreur de cette étude était de +/- 3,1 pour cent, 19 fois sur 20.

-------------

Autres faits saillants du sondage:

- Une femme sur quatre (23,2 pour cent) pense à tort que la vaccination ne peut plus la protéger contre les infections futures, si elle a déjà été infectée par le VPH.

- Une femme sur cinq (20,3 pour cent) croit de façon erronée que le cancer du col de l’utérus est héréditaire.

- De plus, 58,2 pour cent des femmes indiquent que le fait d’être dans une relation monogame est la principale raison pour laquelle elles n’ont pas été vaccinées ou pensent qu’elles n’ont pas besoin d’être vaccinées.

- La plupart des femmes (73,2 pour cent) savent qu’elles sont susceptibles d’être infectées par le VPH même si elles n’ont pas de multiples partenaires.

---------------

Sur Internet:

La règle et non l’exception: https://youtu.be/SlYTb_ODZJo 

Idées fausses au sujet du VPH: https://youtu.be/YUwQIcJjR4w 

Le VPH a des conséquences: https://youtu.be/0k3JzuiKIYI