Une projection de la Ville de Québec de ce à quoi pourrait ressembler le Service rapide par bus sur le boulevard Charest dans le quartier Saint-Roch

Service rapide par bus: Labeaume espère un déblocage avant Noël

Le maire Régis Labeaume veut lancer le bureau de projet du Service rapide par bus (SRB) avant le congé des Fêtes, mais la balle est dans le camp du gouvernement du Québec.
«Ce qui est important est le bureau de projet du SRB. C'est ça notre priorité. On travaille très fort. On souhaite que le financement du bureau de projet soit annoncé avant les Fêtes, c'est notre priorité actuellement», a déclaré le maire de Québec, lundi, alors qu'il était questionné sur d'autres dossiers de circulation. 
«On ne peut pas avoir toutes les mêmes priorités dans les mêmes semaines. On veut démarrer le projet [de SRB] une fois pour toutes. La structure est prête, on s'est vu la semaine passée encore avec le maire de Lévis. On ne peut pas être plus prêts que ça», a-t-il ajouté. 
M. Labeaume s'est bien gardé de préciser ce qui l'empêchait d'avancer. Relancé, son porte-parole Paul-Christian Nolin a aussi évité toute hypothèse puisque, dit-il, le dossier n'est plus dans la cour de la Ville de Québec. 
Au Conseil du trésor
Selon nos informations, le projet stagne sur la table du Conseil du trésor depuis plusieurs semaines. Comme le gouvernement provincial assumera l'essentiel du financement de la nouvelle entité, qui sera contrôlée par le Réseau de transport de la Capitale (RTC), l'autorisation du grand argentier provincial est nécessaire. 
Le Soleil a cogné à la porte du cabinet du ministre des Transports, Robert Poëti, pour savoir ce qui se passait. «Le dossier du SRB suit son cours, c'est-à-dire que le bureau de projet doit franchir toutes les étapes et être approuvé par le Conseil des ministres avant d'être lancé. Cela fait partie du processus normal des dossiers», a répondu l'attachée de presse Anne-Catherine Couture. 
Invitée à détailler tant le processus que l'échéancier, celle-ci n'a pas été plus précise. «L'ordre du jour du Conseil des ministres est confidentiel», a-t-elle simplement rappelé.  
Début septembre, le président du RTC et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, se disaient confiants de démarrer le bureau de projet du SRB à l'intérieur de «quelques semaines». Presque trois mois plus tard, cela ne s'est pas concrétisé. 
Zoé Couture, attachée de presse du maire de Lévis, a toutefois assuré que «tout va bien pour le moment», qu'une annonce serait imminente. 
Le bureau de projet du SRB aura notamment pour mandat de développer le tracé et le montage financier du réseau structurant d'autobus, de réaliser les études environnementales et de proposer un modèle de gouvernance. C'est notamment lui qui lancera les appels d'offres et supervisera les consultants retenus pour pousser la réflexion sur la prochaine grande offensive en matière de transport en commun des villes de Québec et de Lévis. 
Le réseau de 38 kilomètres imaginé par les deux municipalités nécessite des investissements d'un milliard de dollars et 10 ans de planification et de travaux, à condition bien sûr de ne pas perdre de temps entre les étapes. Le dévoilement de l'étude de faisabilité remonte déjà au 1er mars.  Avec Valérie Gaudreau