La guêpe parasitoïde Tetrastichus planipennisi est utilisée pour lutter contre l'agrile du frêne.

Une armée canadienne de guêpes pour lutter contre l'agrile du frêne

Un groupe de chercheurs canadiens dit avoir, pour la première fois, réussi à élever des guêpes qui pourront être utilisées comme arme contre un insecte qui ravage les forêts.
Ressources naturelles Canada a décidé d'élever ses propres guêpes, nommées Tetrastichus planipennisi, afin de mener la lutte contre l'agrile du frêne, qui a tué des millions de frênes au Canada et aux États-Unis.
Depuis 2013, l'organisation fédérale importait les guêpes du United States Forest Service à Brighton, dans le Michigan, et les relâchait dans 12 secteurs du Québec et de l'Ontario, a expliqué Krista Ryall, chercheuse principale associée au projet.
Elle a indiqué que l'organisation espérait avoir environ 10 000 guêpes d'ici l'été, ce qui suffirait pour couvrir cinq ou six sites supplémentaires dans ces deux provinces.
Les guêpes s'inscrivent dans un programme de lutte biologique d'un laboratoire de Sault Ste. Marie, en Ontario. Mme Ryall précise qu'il s'agit d'une approche ciblée.
Les guêpes femelles chercheront les arbres infestés par les larves de l'agrile du frêne et pondront de 50 à 60 oeufs à même ces larves. Les larves de la guêpe se nourriront ensuite de celles de l'agrile du frêne.
Les guêpes, qui sont originaires de Chine, n'ont aucun effet sur l'humain ou sur d'autres organismes, selon des recherches américaines, a ajouté Mme Ryall.