Le radiotélescope CHIME (photo), en Colombie-Britannique, a annoncé avoir détecté le 25 juillet un «mystérieux» signal radio.

Un mystérieux signal venu du ciel

Explosion de rayons gamma ou signal d’une civilisation extraterrestre ? Bien que la deuxième hypothèse soit beaucoup moins probable, elle fait de bien meilleurs titres.

Depuis que le radiotélescope CHIME, en Colombie-Britannique, a annoncé avoir détecté le 25 juillet un «mystérieux» signal radio, l’expression anglaise «alien radio signal» a été abondamment utilisée — y compris par des médias qui penchent pourtant vers l’hypothèse plus prosaïque d’un signal tout ce qu’il y a de naturel.

C’est aussi la piste que défend l’astrophysicienne Victoria Kaspi, de l’Université McGill, pour qui ce signal appartient à la catégorie dite FRB — ou Fast Radio Burst — un signal extrêmement court (celui du 25 juillet n’a duré que 2 millièmes de seconde) et extrêmement puissant. Le tout premier FRB n’avait été identifié qu’en 2007; on en a détecté, depuis, une cinquantaine d’autres — dont un seul a daigné réapparaître une deuxième fois — ce qui laisse supposer qu’ils sont assez fréquents. Mais leur origine reste un mystère. Points communs: en plus d’être ultra-brefs, ils apparaissent sur les plus hautes longueurs d’onde radio (quoique le petit dernier semble faire exception) et les plus basses fréquences électromagnétiques.

«Mystérieux» n'égal pas «artificiel»

Mais «mystérieux» n’est pas synonyme «d’artificiel». Parmi les candidats plus naturels: des étoiles à neutrons dotées de puissants champs magnétiques, appelées magnétoiles, quelque chose de très puissant qui serait «tombé» dans un trou noir, ou une manifestation finalement détectable de la bonne vieille matière noire…

Si l’intuition à l’effet qu’ils sont plus fréquents qu’on ne le pense devait s’avérer exacte, CHIME, pour Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment, pourrait être en mesure d’en détecter beaucoup d’autres. Il n’est entré en fonction que l’an dernier, avec pour objectif de «cartographier» les ondes radio traversant une large portion du ciel de l’hémisphère nord. Les FRB figurent dans la (longue) liste de ses cibles possibles.