Les CT-114 Tutor utilisés par les Snowbirds depuis leur création en 1971. Ils ont été conçus par Canadair.
Les CT-114 Tutor utilisés par les Snowbirds depuis leur création en 1971. Ils ont été conçus par Canadair.

Snowbirds: pas de nouveaux jets avant 2020

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
L'équipe de démonstration aérienne des Snowbirds devra voler avec ses CT-114 Tutor, vieux de plus de 40 ans, jusqu'en 2020. Telle est la conclusion d'un rapport du ministère de la Défense, obtenu en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.
L'étude, intitulée Snowbird Aircraft Replacement Project, en vient à cette recommandation après avoir analysé trois hypothèses. Hormis l'entretien et le maintien des Tutor jusqu'en 2020, les autres solutions envisagées étaient l'entretien et le maintien des Tutor jusqu'en 2015 avec un remplacement soit par des jets CT-155 Hawk, soit par des avions turbopropulsés à hélice CT-156 Harvard II. Ces deux avions sont déjà en service dans la Force aérienne dans le cadre du programme d'entraînement en vol de l'OTAN au Canada.
Le rapport, daté de 2008, vient contredire une autre étude effectuée en 2003 pour le compte de la Défense. Cette précédente analyse établissait que la durée de vie des Tutor se terminait en 2010. Il recommandait donc le remplacement au plus tôt des appareils, par des Hawk Mk. 115.
La Défense a plutôt décidé de reporter l'achat de nouveaux appareils. Résultat, peut-on y lire, l'étirement de la durée de vie des Tutor coûtera à Ottawa 116 millions $. Il a été impossible de connaître les coûts des autres hypothèses étudiées, soit l'achat de nouveaux appareils. Chose certaine, les Hawk et les Harvard II en service présentement sont loués à Bombardier.
L'analyse du ministère de 2003 évaluait le coût d'acquisition de 12 avions Hawk à 330 millions $ afin de maintenir l'équipe à neuf appareils. Les premières démonstrations avec des Hawk étaient alors prévues pour les spectacles aériens de 2008.
Une des raisons évoquées dans le rapport en faveur de l'achat immédiat d'appareils était d'éviter des coûts d'entraînement supplémentaires. Les pilotes canadiens sont présentement entraînés sur des appareils plus récents que les vieux Tutor. Pour «revenir en arrière sur les Tutor» et leur vieille technologie, il en coûte à la Défense plus de 1 million $ par pilote, selon les données de 2003.
Comme pour les coûts d'un éventuel programme de remplacement, des passages de l'analyse de 2008 sont biffés lorsqu'il est question d'une offre non sollicitée faite à la Défense nationale pour des avions d'occasion. Selon le site Canadian American Strategic Review (www.casr.ca/bg-snowbird-project.htm), les firmes ARINC Engineering et Venga Aerospace auraient offert 20 Hawk Mk. 66, mis à niveau. Moins modernes que les Hawk canadiens, ils avaient été utilisés par la force aérienne suisse et ils étaient entreposés dans une atmosphère contrôlée.
Avion des années 60
Pour maintenir en vol ses Tutor au cours des prochaines années, la Défense dispose des pièces d'au moins 16 appareils désaffectés, entreposés à la base de Mountain View en Ontario.
Le 431e Escadron de démonstration aérienne utilise les Tutor - construits dans les années 60 par Canadair - depuis sa création en 1971. Ces avions avaient aussi servi à des vols de démonstration en 1967 avec les Golden Centennaires, pour souligner le 100e anniversaire de la Confédération. Jusqu'en 2001, les Forces armées canadiennes ont utilisé le CT-114 pour l'entraînement avancé de leurs pilotes.
Une autre unité utilise toujours le Tutor. Le Centre d'essais techniques (Aérospatiale), basé à Cold Lake en Alberta, en a cinq dans sa flotte.