Quand l'IA scrute le cerveau humain

Florence Meney
Journaliste et écrivaine
Article réservé aux abonnés
LA SCIENCE DANS SES MOTS / C’est un après-midi torride de juillet, en plein déconfinement. Après des semaines de télétravail, c’est avec un bonheur flagrant qu’Irina Rish renoue avec les locaux de l’Institut québécois d’intelligence artificiel (MILA), son port d’attache professionnel montréalais depuis quelques mois.