Michel Allard a reçu le Prix de la famille Weston pour l’ensemble de sa carrière en recherche nordique.

Prestigieuse distinction pour un prof de l’UL

Le chercheur en géographie de l’Université Laval Michel Allard, un spécialiste du pergélisol, s’est vu décerner mercredi le Prix de la famille Weston pour l’ensemble de sa carrière en recherche nordique. La bourse de 100 000 $ lui a été remise lors du congrès Arctic Change 2017, qui se déroule cette semaine à Québec.

«Quand j’ai commencé, le pergélisol, c’était un objet d’étude qui n’était peut-être pas seulement théorique, mais disons, c’était une simple préoccupation d’accroître les connaissances dans ce champs-là des sciences naturelles. Mais avec les changements climatiques, ça a beaucoup changé», a indiqué M. Allard lors d’un entretien avec Le Soleil. La fonte accélérée du pergélisol a causé bien des maux de tête pour les infrastructures dans le Grand Nord, et son expertise a été grandement mise à profit.

«Les choses ont changé pour moi en 2002, se souvient M. Allard. […] On a fait une tournée du Nord avec un sous-ministre de la Sécurité publique, et on a commencé à voir les dégâts [du réchauffement]. Les communautés nous disaient: on a des problèmes, il y a ceci, il y a cela. C’est là que je suis passé en mode appliqué et en mode communautaire.»

Cette implication envers les communautés est également ce qui a convaincu la Fondation Weston de récompenser M. Allard, de même que sa contribution à la formation de deux générations de scientifiques.

Le Prix de la famille Weston est géré par l’Association universitaire canadienne d’études nordiques. La moitié de la bourse de 100 000 $ est remise au lauréat, tandis que la différence sert à une formation postdoctorale.