Aux États-Unis, il est possible de constater une forte association entre le sentiment pro-EI et le nombre de recherches Google islamophobes.
Aux États-Unis, il est possible de constater une forte association entre le sentiment pro-EI et le nombre de recherches Google islamophobes.

Premières «preuves empiriques» d'un lien entre islamophobie et radicalisation

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Les groupes islamophobes et les islamistes radicaux s’alimentent-ils les uns les autres? Les préjugés des uns nourrissent-ils la violence des autres (et vice-versa)? L’idée est séduisante et elle circule depuis longtemps, mais elle s’est toujours avérée très difficile à vérifier empiriquement. Jusqu’à ce qu’un trio de chercheurs américains y parviennent, dans une étude parue mercredi dans la revue savante Science Advances.