Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le tilapia du Mozambique descend la nuit dans les bas-fonds, ralentissant sa respiration et figeant ses yeux
Le tilapia du Mozambique descend la nuit dans les bas-fonds, ralentissant sa respiration et figeant ses yeux

Les poissons ne dorment pas? Faux

Catherine Crépeau
Agence Science-Presse
Article réservé aux abonnés
LE DÉTECTEUR DE RUMEURS / Comment les poissons peuvent-ils dormir s’ils nagent constamment? Est-il possible qu’ils ne dorment jamais? Le Détecteur de rumeurs a vérifié ce qu’on en sait.

Qu’est-ce que le sommeil?

Tous les animaux, ou presque, dorment : c’est une question de survie. Les poissons n’y échappent pas. Mais pour le comprendre, il faut savoir que le sommeil peut se définir de deux façons.

La première définition du sommeil est basée sur l’activité électrique du cerveau. Dans une étude publiée dans Nature en 2019, des chercheurs ont montré que pendant ses périodes d’immobilité, le poisson-zèbre — souvent utilisé dans la recherche médicale — présentait deux états similaires à ceux trouvés chez les mammifères (y compris les humains), les oiseaux et les reptiles : le sommeil à ondes lentes et le sommeil paradoxal (ou à mouvements oculaires rapides).

Toutefois, une revue de littérature de 80 études publiée en 2019 dans la revue Brain, Behavior and Evolution souligne que les ondes cérébrales se mesurent mal sous l’eau et que les poissons ne possèdent pas de cortex, la partie du cerveau où on mesure ces ondes chez l’humain. Les chercheurs en concluent que les preuves de sommeil chez les requins et les raies — qui respirent sans nager — sont préliminaires et que les preuves de sommeil chez les poissons qui nagent continuellement sont pour l’instant absentes.

Reste toutefois la seconde définition du sommeil : elle est basée sur le comportement. Elle suggère que le sommeil est un état réversible de réactivité réduite, généralement associé à une absence de mouvements corporels. Les connaissances actuelles démontrent que de nombreux poissons répondent à cette description.

Repos ou sommeil?

Il existe 33 230 espèces de poissons, selon l’organisme FishBase, mais les comportements liés au sommeil sont similaires de l’une à l’autre. Au repos, les poissons s’immobilisent sur le fond marin ou près de la surface, ou bien ils nagent lentement. Leur respiration ralentit et ils réagissent peu ou pas à ce qui se passe autour d’eux. Et si on ne les voit jamais fermer les yeux, c’est parce qu’ils n’ont pas de paupières.

Cette période d’inactivité peut avoir lieu le jour ou la nuit et avoir une durée variable. Ainsi, le tilapia du Mozambique descend la nuit dans les bas-fonds, ralentissant sa respiration et figeant ses yeux, alors que la tanche dort le jour sur le fond marin pendant des séquences d’une vingtaine de minutes.

Une étude de la faculté de médecine de l’Université Stanford indique que de nombreux poissons semblent avoir des cycles de sommeil et qu’à l’instar des humains, ils produisent des hormones qui régulent ces cycles.

Cela signifie que les poissons qui vivent dans des grottes, où il fait toujours sombre, ont la possibilité de dormir selon un rythme quotidien régulier, différent de celui des poissons qui vivent à la surface. C’est ce qu’indiquait une étude publiée en 2011 dans Current Biology. Le poisson troglodyte mexicain, ou tétra mexicain, qui vit dans les grottes peut même réduire son besoin de sommeil pendant les périodes de famine. D’autres poissons peuvent inverser leur rythme de sommeil en cas de besoin. C’est le cas du meunier blanc qui peut devenir nocturne lorsqu’il est séparé de son banc, selon une étude publiée dans la Revue canadienne de zoologie.

Où dorment les poissons?

Les poissons peuvent flotter sur place, se coincer dans la boue ou le corail, s’enfouir dans le sable ou se construire un abri pour se cacher des prédateurs. Le poisson-perroquet, lui, se trouve un abri où il s’immobilise après avoir sécrété un cocon de mucus autour de lui pour se protéger des parasites.

Mais la plupart des poissons ne peuvent pas se permettre de rester complètement immobiles lorsqu’ils dorment. Pour respirer, ils doivent battre leurs nageoires jusqu’à deux fois leur vitesse normale, pour récolter l’oxygène se trouvant dans l’eau. D’autres, comme les requins, doivent carrément rester en mouvement afin de maintenir l’eau riche en oxygène sur leurs branchies. Cela explique que se perpétue la théorie voulant que les poissons ne dorment pas.

Verdict

Les poissons ne semblent pas dormir au sens où l’entendent les humains. Il n’empêche que certaines espèces s’immobilisent dans un abri, alors que d’autres nagent au ralenti, pendant des périodes plus ou moins longues qui leur permettent de retrouver leur énergie.