Les lacs: encore moins «au niveau» qu'on le pense...

LA SCIENCE DANS SES MOTS / J'ai trouvé intéressante la réponse à la question «L'eau des lacs est-elle "au niveau"?» (Le Soleil, 24 juin). Cependant je crois qu'il manque un élément, soit la différence entre les altitudes orthométriques et géopotentielles.

LIRE : La surface des lacs est-elle vraiment «au niveau»?

Une différence d'altitude orthométrique peut être mesurée avec une règle ou un niveau et une mire; une différence de potentiel par rapport au géoïde (la gravité est à 9,83 mètres par seconde carrée (m/s2) aux pôles et de 9,78 m/s2 à l'équateur) équivaut à une différence de travail entre deux niveaux d'énergie (géopotentiel). Une distance de 1000 mètres entre deux surfaces équipotentielles à l'équateur donnerait une distance d'environ 995 mètres aux pôles entre ces deux mêmes surfaces. Le géopotentiel est une combinaison de la distance entre le point considéré en surface et le géocentre ainsi la distance radiale à l'axe de rotation terrestre (maximum à l'équateur et minimal aux pôles).

La surface d'un lac suit une côte géopotentielle sur toute sa surface, il n'y a donc pas d'écoulement d'eau sauf s'il y a des différences de température ou de salinité dans l'eau. Pour un lac nord-sud suffisamment long, il y aura une petite différence dans la gravité (g) aux extrémités et donc une différence d'altitude orthométrique. Pour des distances nord-sud inférieures à 100 km, il faut des instruments ou des techniques de haute précision pour distinguer la différence entre les altitudes orthométriques et géopotentielles.

«La science dans ses mots» est une tribune où des scientifiques de toutes les disciplines peuvent prendre la parole, que ce dans des lettres ouvertes ou des extraits de livres.