La place des Sept Temples de la cité Maya de Tikal.

La découverte d'une cité maya par un jeune de 15 ans remise en question

Une professeure adjointe au département d'anthropologie de l'Université McGill a prévenu, mercredi, que les travaux d'un adolescent québécois ayant possiblement découvert une nouvelle cité maya n'avaient pas encore été évalués par les pairs.
William Gadoury est devenu instantanément célèbre cette semaine après la publication d'un article dans lequel le jeune homme de 15 ans révélait être tombé sur ce qui, selon lui, serait une ville maya inconnue située dans une région inhabitée du Mexique.
L'élève de quatrième secondaire de Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière, étudie depuis quelque temps la corrélation entre les sites mayas et les constellations.
En utilisant une carte, William a réussi à établir un lien entre 117 cités mayas connues et 22 constellations. Il a toutefois remarqué qu'une étoile très brillante appartenant à une 23e constellation n'était jumelée à aucune ville de cette ancienne civilisation.
Grâce à des images satellites de l'Agence spatiale canadienne (ASC) et l'aide d'Armand LaRocque, un chercheur associé du laboratoire de détection de l'Université du Nouveau-Brunswick, l'adolescent a identifié ce qui, d'après lui, l'ASC et M. LaRocque, pourrait être une cité maya près de la frontière du Honduras.
Daniel De Lisle, un agent de projet de l'ASC, a raconté que des éléments ne relevant pas de la nature avaient été repérés, possiblement les vestiges de pyramides.
Alors que certains experts ont exprimé sur internet leur scepticisme par rapport à cette découverte, Lisa Overholtzer, qui enseigne l'anthropologie à McGill, a déclaré qu'il était important d'encourager William Gadoury à poursuivre ses recherches en raison de sa créativité, de sa détermination et de sa persévérance.
Pas examinés par les pairs
Mais elle a souligné qu'il fallait avant tout prendre en considération que ses travaux n'avaient pas été examinés par les pairs.
«Je pense que l'on peut mettre cela sur le compte de journalistes en mal de sensationnalisme qui, je crois dans ce cas, ont brûlé des étapes, a indiqué Mme Overholtzer. Ce que William a présenté, c'est une idée, une hypothèse n'ayant pas encore été soumise au processus de l'évaluation par les pairs.»
Quant à la théorie du jeune homme, elle a fait valoir qu'il y avait sans l'ombre d'un doute plusieurs raisons pour lesquelles les cités se trouvaient là où elles étaient et qu'elle ne croyait pas qu'une seule, comme la position des étoiles, suffisait à l'expliquer.
L'un des détracteurs de la présumée découverte, David Stuart, un anthropologue du centre sur la Méso-Amérique de l'Université du Texas, a écrit sur Facebook que toute l'histoire était douteuse et que les Mayas n'avaient pas construit leurs cités en fonction des constellations.
Dans des commentaires rapportés par «Tech Insider», M. Stuart a ajouté que le rectangle identifié par William sur la carte était «un vieux champ de maïs en friche ou une vieille milpa».
Ivan Sprajc, un archéologue et spécialiste des Mayas établi à Ljubljana, en Slovénie, a pour sa part affirmé que le rectangle était «une vieille milpa ou un vieux potager abandonné depuis des années, mais certainement pas depuis des siècles».