Yoshua Bengio, le directeur de l'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal et sommité mondiale de l'intelligence artificielle, en conférence au Musée de la civilisation, le 29 mars dernier.

Intelligence artificielle: un nouveau vocabulaire de 85 mots en français

L'Office québécois de la langue française propose un nouveau vocabulaire de 85 concepts sur l'intelligence artificielle. L'exercice a notamment été réalisé en collaboration avec le Département de génie électrique et de génie informatique de l'Université Laval.

L'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal ainsi que le Département d'informatique de l'Université de Sherbrooke font aussi partie de l'équipe derrière ce nouveau lexique.

Celui-ci souhaite permettre aux travailleurs et aux travailleuses de la recherche et de l'enseignement - mais aussi au grand public et à la population étudiante - d'avoir accès à une terminologie affinée de pointe, en français. L'usage de l'anglais étant très fort dans le domaine de l'intelligence artificielle. 

Le président de l'Office, Robert Vézina, s'est dit vendredi confiant et fier du projet, devant un Québec devenu «l'un des pôles d'expertise de la recherche en intelligence artificielle».

«Il est tout naturel que l’Office québécois de la langue française, dont les outils de référence [...] sont prisés au-delà même de nos frontières, propose des termes français pour décrire les concepts associés à un domaine en pleine effervescence qui est au coeur de notre quotidien», explique-t-il. 

Mieux comprendre

Le professeur au Département de génie électrique et informatique de l'Université Laval, Jean-François Lalonde, estime que les avancées dans le domaine entraînent progressivement l'apparition de nouveaux termines techniques qui, lentement, se retrouveront de plus en plus dans notre vocabulaire courant. 

«L’introduction de ces termes en français dans ce domaine permet une meilleure compréhension par le public, facilite l’apprentissage de nos étudiants et contribue ainsi à moderniser la langue française», ajoute-t-il, peu après le dévoilement.

Aux yeux de Pierre-Marc Jodoin, professeur titulaire en informatique à l'Université de Sherbrooke, l'intelligence artificielle est un secteur regorgeant de termes accrocheurs, mais souvent galvaudés, «pouvant porter à la confusion». 

Réseau de neurones, apprentissages automatique, reconnaissances des formes ou encore vision par ordinateurs constituent des exemples concrets de concepts régulièrement mal compris.

«Ce nouveau vocabulaire [...] est un outil essentiel pour mieux comprendre les termes propres à ce domaine en pleine croissance», lance-t-il en ce sens.

Yoshua Bengio, qui est directeur de l'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal, abonde dans le même sens.

«Comme société, il est important de décider quelle place nous voulons donner, dans nos vies, à l’intelligence artificielle. L’existence d’un vocabulaire de pointe sur le sujet est une condition nécessaire pour permettre à tous et toutes de participer à cette discussion», conclut-il. 

La banque de vocabulaire comprend des équivalents dans d’autres langues romanes dans plus du quart des fiches, termes recueillies grâce à un partenariat avec le Réseau panlatin de terminologie. L'usager aura donc accès à une partie de la terminologie de ce domaine en portugais, en espagnol et en catalan, en plus du français et de l’anglais.

Pour accéder au nouvel outil en ligne, cliquez ici.