Horloge du 400e: la valeur du temps décortiquée

Le maire Régis Labeaume part aujourd'hui en Suisse recevoir officiellement l'horloge offerte en 2008 par le Canton du Jura pour le 400e anniversaire de Québec. À l'heure où plusieurs considèrent que la Ville ne devrait pas injecter 450 000 $ pour l'installer dans les futurs jardins de l'Hôtel-de-Ville, Le Soleil a tenté de comprendre sur quoi repose précisément la valeur de cette pièce d'horlogerie qui justifie un tel investissement.
<p>L'horloge est une pièce unique, de 3,5 mètres de hauteur sur 2,5 mètres de largeur.</p>
On sait déjà que l'horloge de 1500 kilos, et de 3,5 mètres de hauteur sur 2,5 mètres de largeur, est évaluée entre 4 et 5 millions $. Il s'agit d'une pièce unique conçue et réalisée par la réputée entreprise jurassienne Richard Mille, en collaboration avec l'École des métiers techniques de Porrentruy et la Haute-École Arc, section ingénierie. Elle a nécessité plusieurs années de conception et de fabrication.
Elle est d'ailleurs considérée comme «d'un très haut niveau de complexité technique». Le mécanisme, toujours en mouvement, sera visible sur les deux faces et sur la tranche, avec des complications animées en permanence. En horlogerie, une complication est une fonction autre que l'affichage des heures, des minutes et des secondes.
L'une de ces complications est l'intégration à l'horloge d'un mécanisme de calendrier perpétuel. On y verra donc évoluer le jour, le mois et la position de l'année dans le cycle des années bissextiles de manière automatique.
Le mécanisme, toujours en mouvement, sera bien visible de l'extérieur.
Autres fonctions
Dans l'esprit de l'accord de coopération signé entre Québec et le Jura en 1983, l'horloge comprend l'indication d'un second fuseau horaire. Elle «donnera» donc l'heure du Jura en permanence.
Enfin, l'horloge montrera l'écart entre le temps solaire et le temps administratif, ce dernier correspondant à l'heure modifiée selon les saisons.
L'horloge était initialement prévue à l'intérieur de la bibliothèque Gabrielle-Roy, mais les retards de construction du nouvel édifice ont poussé l'administration Labeaume à vouloir l'aménager dans les jardins de l'Hôtel-de-Ville. On comprend que le coût élevé pour l'y installer, 450 000 $, est étroitement lié au fait qu'il faut la protéger des intempéries. Son écrin de verre devra être maintenu à une température constante.
La population du Jura pourra admirer l'oeuvre dès cette fin de semaine, et à d'autres moments jusqu'en mai, avant son départ pour Québec. Le maire Labeaume devrait profiter de son passage en Suisse pour dévoiler les plans des jardins de l'Hôtel-de-Ville et la façon dont sera intégrée l'horloge au nouveau décor.