Lorraine Foster, première femme à décrocher un doctorat en mathématique du prestigieux California Institute of Technology, en 1964.

Encore 258 ans avant la parité en physique?

Si la tendance se maintient, il faudra 258 ans à la physique pour voir les femmes y publier autant d’articles scientifiques que les hommes

La physique est heureusement le cas extrême. N’empêche que si on regarde les sciences dans leur ensemble, il faudra encore 16 ans, au rythme actuel, pour atteindre la parité. Et si on ne regarde que les signataires principaux des articles, il faudra 38 ans. C’est ce qui se dégage de calculs réalisés par Luke Holman et ses deux collègues de l’Université de Melbourne, sur la base de 10 millions d’articles scientifiques publiés depuis 15 ans par 36 millions de personnes.

Sur les 115 disciplines représentées dans cette analyse, les femmes publient davantage que les hommes dans seulement 5 (dont les sciences infirmières et l’obstétrique) et en nombre à peu près égal dans 23 (dont la psychologie, la nutrition et la santé publique). Parmi les disciplines qui pourraient atteindre la parité d’ici 10 ans : l’anthropologie, la microbiologie et la génétique médicale. À l’inverse, les mathématiques sont dans la même situation extrême que la physique : si rien ne change, aucune personne actuellement vivante ne verra le jour où la parité sera atteinte.

Deux autres facteurs ressortent de cette compilation : en moyenne, les femmes sont mieux représentées dans les sciences sociales. Et les pays les plus riches, en particulier l’Allemagne, la Suisse et le Japon, ont une moins grande proportion de femmes signataires d’articles scientifiques que les pays les plus pauvres.