En matière de prévention, la SCC recommande entre autres d’éviter de fumer, de faire au moins une demi-heure d’exercice par jour ainsi que de limiter sa consommation d’alcool et de viande rouge.

Dépister le cancer du côlon chez soi pour de meilleures chances de survie

MONTRÉAL - La Société canadienne du cancer entame une campagne de sensibilisation pour encourager les Québécois à se procurer des trousses de dépistage du cancer du côlon - un cancer plus meurtrier que ceux du sein et de la prostate réunis.

Il existe depuis peu un test que l’on peut effectuer chez soi, tous les deux ans. Il consiste à prélever un échantillon de ses selles, qui sera ensuite analysé en laboratoire - un processus bien moins invasif que la coloscopie, souligne le porte-parole de la SCC, André Beaulieu.

Les Québécois, hommes et femmes confondus, sont invités à le demander à leur médecin de famille entre les âges de 50 et 74 ans.

Selon les chiffres de la SCC, le taux de survie pour un cancer colorectal traité à un stade précoce s’élève à 90 pour cent après cinq ans. À l’heure actuelle, le taux de survie global se situe plutôt à 64 pour cent au pays.

M. Beaulieu explique que le cancer du côlon ne s’accompagne parfois d’aucun symptôme apparent, mais il laisse dans les selles des traces de sang invisibles à l’oeil nu, d’où l’importance des tests.

Le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par cancer au Québec, selon la SCC.

«Les gens ne savent pas qu’il y a un test qu’ils peuvent faire eux-mêmes à la maison, relève André Beaulieu. Ça prend à peine deux minutes. (...) On peut le demander à son médecin quand on va pour notre bilan annuel, même quand on passe nos tests sanguins.»

En matière de prévention, la SCC recommande entre autres d’éviter de fumer, de faire au moins une demi-heure d’exercice par jour ainsi que de limiter sa consommation d’alcool et de viande rouge.

Ludovick Bourgeois agira tout au long du mois de mars à titre de porte-parole pour cette campagne, quelques mois après que son père, le chanteur Patrick Bourgeois, eut succombé à cette maladie.