Guillaume Pelletier au milieu de la cascade qui rejoint le puits d'entrée du gouffre des Trois Chimères, au Mexique.

Dans les entrailles du Mexique

Une équipe de spéléologues québécois vient tout juste de compléter, au Mexique, la cartographie d'un réseau de cavernes inexploré à ce jour, qui s'étend sur 5,2 kilomètres et descend pour sortir 815 mètres plus bas dans la Sierra Negra, une région isolée de l'État de Puebla.
Depuis plus de 20 ans, le spéléologue Marc Tremblay et ses collègues du projet Mexpé se sont donné comme mission d'explorer le monde souterrain de cette région mexicaine. En 15 expéditions, jusqu'ici, ils ont mis au jour près de 100 kilomètres de voies souterraines.
Marc Tremblay rappelle leur toute première exploration, lors de laquelle ils ont découvert un puits souterrain de 329 mètres de profondeur, deux fois le sommet du Stade olympique. «C'était un record mondial à l'époque. Si on laisse tomber une roche dans le puits, elle tombe pendant 13 secondes.»
Lors du tout dernier voyage, l'équipe, qui réunit des spéléologues de plusieurs pays, a complété l'exploration du gouffre des Trois Chimères (Tres Quimeras), qu'ils avaient découvert en 2005.
Pendant trois semaines, les équipes se sont succédé sans relâche pour installer 1,6 km de corde et 250 ancrages afin de franchir les puits, ressauts, lacs et canyons qui mènent à la sortie inférieure située au fond de la vallée.
Cette traversée de 815 mètres de profondeur est une des plus spectaculaires dans les Amériques, estime le spéléologue
québécois.
Marc Tremblay raconte comment l'équipe a fini par trouver la sortie de ce réseau. «Un des groupes s'était rendu très loin, mais avait dû arrêter sa progression parce qu'ils manquaient de cordes. Ils sont donc remontés au camp de base, une marche de 15 heures. Pendant ce temps, un autre groupe qui avait déjà identifié un point de sortie possible dans la vallée est allé voir où ça menait, et en 15 minutes à peine ils sont tombés sur les cordes installées par le premier groupe...»
Documentaire
Pour mieux faire connaître le projet Mexpé, Marc Tremblay s'est associé à un autre explorateur, Guillaume Pelletier, pour tourner un film qui relatera leur dernière expédition. Le documentaire intitulé Attention : traversée de gouffre mexicain!  fait le compte rendu d'une équipe de sympathiques exilés de la civilisation qui se transforment en redoutables machines à explorer. La sortie du film, commandité par les sociétés Atmosphère et Hilti, est prévue pour l'automne à l'occasion d'une tournée de conférences au Québec.
Les explorateurs n'ont d'ailleurs pas trouvé que des cascades et du roc pendant leur séjour. Des prélèvements menés par un chercheur mexicain ont en effet permis de découvrir une nouvelle espèce de scorpion cavernicole.
Mais qu'est-ce qui a amené ces spéléologues québécois à investir temps et argent pour fouiller les entrailles du Mexique?
«Au Québec, explique Marc Tremblay, nous n'avons pas une grande quantité de grottes. Si on veut faire de l'exploration, il faut aller ailleurs, dans des régions comme la Papouasie, la Patagonie, la Chine ou le Mexique. Ce qu'on a fait en 1987 avec Mexpé, un projet parrainé par la Société québécoise de spéléologie, c'est d'assumer l'exploration d'un territoire vierge en collaboration avec des Mexicains.»
D'après lui, à peine 10 à 20 % seulement des réseaux souterrains sont connus, il reste donc encore un monde très vaste à
explorer.