Coronavirus : pourquoi le risque de décès est plus élevé pour les hommes et les personnes âgées ?

Jeremy Rossman
Virologie, Université de Kent
L’âge et le sexe semblent être d’importants indicateurs des chances de survie d’un malade de la Covid-19.

 Le taux de mortalité de la maladie est estimé à 0,66 % d’après les données de la Chine. En d’autres termes, 0,66 % des personnes chez qui on a diagnostiqué la Covid-19 en meurent. Mais le taux varie considérablement selon les groupes d’âge, allant de 0,0016 % pour les enfants de moins de dix ans à 7,8 % chez les plus de 79 ans. Des taux similaires sont observés à New York.

On remarque des tendances semblables en ce qui concerne le pourcentage de patients Covid-19 qui nécessitent une hospitalisation (allant de 0 % chez les moins de dix ans à 18,4 % chez les plus de 79 ans). Pourtant, les personnes de plus de 79 ans ne semblent pas plus susceptibles de contracter le virus, puisqu’elles ne représentent que 3,15 % des cas confirmés (NDLR Au Québec, ce taux est beaucoup plus élevé car les personnes âgées vivant dans les CHSLD ou les résidences sont davantage testées).

Des études récentes laissent voir que le sexe est également un facteur de risque et que les hommes courent un plus grand risque de mourir de le Covid-19 que les femmes.

Des données en provenance de la Chine montrent que les hommes ont 1,65 fois plus de risques de mourir de la Covid-19 et, à New York, le taux est 1,77 fois plus élevé pour ceux-ci. Pourtant, les hommes et les femmes ont des risques à peu près similaires de contracter le virus.

Un système immunitaire affaibli

La capacité du système immunitaire à lutter contre les agents pathogènes diminue avec le temps et est considérablement réduite chez les gens de plus de 70 ans. Des études récentesmontrent que dans les cas graves de Covid-19, il y a une défaillance de certaines classes de cellules immunitaires qui combattent les infections. Comme ces cellules immunitaires sont moins actives chez les personnes âgées, un déclin de la fonction immunitaire pourrait rendre celles-ci plus vulnérables à la Covid-19. Cependant, la plupart des cas très graves de Covid-19 sont associés à une suractivation du système immunitaire.

Le système immunitaire est constitué de différents éléments, et il est possible qu’il y ait désactivation d’une composante et suractivation d’une autre. Mais si le lien entre la gravité de la maladie et l’âge dépendait directement de la fonction immunitaire, les bébés devraient aussi être à risque, car leur système immunitaire est encore en construction. C’est ce que l’on observe dans la plupart des épidémies de grippe saisonnière, où les moins de deux ans et les plus de 65 ans sont plus à risque.

Changements dans les niveaux d’ACE2

Lors de l’épidémie de SRAS de 2003, le taux de mortalité augmentait avec l’âge comme avec la Covid-19 (4,26 % pour les moins de 44 ans, 64,2 % pour les plus de 74 ans) et il était 1,66 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. L’absence d’infection grave chez les bébés suggère que les différences selon l’âge et le sexe pour la Covid-19 pourraient ne pas être liées à la réponse immunitaire, mais plutôt à quelque chose de particulier aux virus SRAS.

Le virus SRAS-CoV-1 de 2003 et le nouveau SRAS-CoV-2 se fixent tous deux à une protéine appelée ACE2 pour pénétrer dans les cellules. L’ACE2 aide à réguler la pression sanguine et se trouve à la surface de différentes cellules, dont celles qui tapissent les poumons. La quantité d’ACE2 présente sur les cellules humaines est plus élevée chez les hommes et augmente avec l’âge.

Certaines variantes du gène ACE2 sont associées à différents taux d’expression du gène, et la quantité d’ACE2 dans différentes populations semble être corrélée avec la Covid-19. De plus, l’hypertension (pression artérielle élevée) est connue pour être un facteur de risque important, lié à l’âge, de développer des complications de la maladie. On traite généralement l’hypertension avec des inhibiteurs de l’ACE dont il a été démontré qu’ils augmentent la quantité d’ACE2.

Cependant, il semble que l’infection par la Covid-19 entraîne une diminution du taux d’ACE2, ce qu’on associe à une aggravation de l’atteinte aux poumons. On ne sait pas très bien ce qui se passe lorsque les niveaux d’ACE2 sont élevés au départ, comme chez les hommes âgés. On ne semble pas aggraver la maladie en augmentant la quantité d’ACE2.

En outre, un récent essai clinique a montré que la prise d’inhibiteurs d’ACE était associée à un risque moindre de développer une forme grave de la Covid-19.

L’ACE2 n’étant qu’un des éléments d’un système de régulation complexe, la modification du taux et de l’action de l’ACE2 peut avoir d’autres effets sur la progression de la maladie que de simplement bloquer l’entrée du virus dans les cellules. Et ces effets peuvent changer à mesure que l’infection progresse et que le système immunitaire est activé.

Exposition à d’autres coronavirus

On a constaté que d’autres coronavirus apparentés au virus actuel provoquaient des pneumonies chez les personnes âgées. D’autre part, plus on est âgé, plus on a de probabilités d’avoir été exposés à des virus. Nous savons également que le système immunitaire humain peut présenter une certaine réactivité croisée entre différents coronavirus.

Normalement, la guérison d’une infection génère une mémoire immunitaire qui protège contre une réinfection par le même agent pathogène. La réactivité croisée se produit lorsque le système immunitaire répond à un nouvel agent pathogène comme s’il l’avait déjà en mémoire. Cela peut protéger contre l’infection, mais il arrive aussi que cela aggrave la maladie.

Comme la forme grave de la Covid-19 semble résulter d’une suractivation du système immunitaire, il est possible qu’une exposition antérieure à des coronavirus apparentés ait créé une mémoire immunitaire qui incite le système à réagir de manière excessive au nouveau coronavirus. Ce processus pourrait être plus fréquent chez les personnes âgées ayant été davantage exposées à divers coronavirus.

Aucune donnée ne montre que cette réactivité croisée se produit pour la Covid-19, mais l’analyse des taux d’infection grave dans des zones ayant déjà connu des épidémies de coronavirus apparentés pourrait apporter un éclairage sur la question.

Une explication simple

Il est également possible que la raison pour laquelle davantage d’hommes et de personnes âgées meurent du nouveau coronavirus soit plus simple. Nous savons que le risque de mourir d’une infection à la Covid-19 est presque deux fois plus élevé si l’on souffre de problèmes de santé sous-jacents. La prévalence de la plupart de ces problèmes de santé augmente avec l’âge. C’est le cas de l’hypertension, dont la fréquence passe de 7,5 % chez les moins de 40 ans à plus de 63 % chez les plus de 60 ans. Ce taux croissant de maladies prédisposantes pourrait avoir un effet direct sur le risque de développer une forme grave de la Covid-19.

Nous ignorons pourquoi ces problèmes de santé augmentent les risques d’infection grave. En fait, nous commençons à peine à connaître les mécanismes d’action du coronavirus. En comprenant le processus qui mène à une forme grave de la maladie, nous pourrons mieux atténuer les risques pour des populations précises et développer des interventions qui empêchent l’aggravation de l’infection et pourraient prévenir des décès.

* * * * *

Ce texte est d'abord paru sur le site franco-canadien de The Conversation. Reproduit avec permission.

«La science dans ses mots» est une tribune où des scientifiques de toutes les disciplines peuvent prendre la parole, que ce soit dans des lettres ouvertes ou des extraits de livres.

La Conversation