Le biologiste Christian Landry étudie la vie intérieure des cellules pour comprendre le processus des mutations.

Christian Landry: comprendre les règles de l'évolution

Christian Landry fait partie des six chercheurs canadiens à recevoir une bourse E.W.R. Steacie qui lui permettra de se consacrer entièrement à la recherche au cours des deux prochaines années.
Lauréat : Christian Landry, biologiste
Occasion : Il a reçu une bourse commémorative E.W.R. Steacie pour soutenir la carrière de scientifiques exceptionnels et prometteurs.
Un montant de 250 000 $ sera versé au centre de recherche où le biologiste supervise une quinzaine d'étudiants au baccalauréat, à la maîtrise et au doctorat. En même temps, l'Université Laval recevra quelque 90 000 $ pour dégager le chercheur de ses tâches administratives et de l'enseignement.
«Il n'y a pas de recette miracle dans les travaux de recherches avec une équipe, explique-t-il en entrevue. C'est du travail au jour le jour, comme le maître avec ses apprentis» comme le faisaient les artisans dans leurs pratiques au Moyen-Âge.
«L'important, c'est le contact humain, les discussions quotidiennes, et la résolution de nombreux petits problèmes au jour le jour pour arriver à résoudre le plus gros problème lié à la recherche fondamentale», illustre-t-il.
La veille de l'entrevue, il avait reçu trois élèves du niveau secondaire dans sa classe en biologie au baccalauréat, puis dans ses laboratoires de recherche. Il a été impressionné par leurs questions et l'intérêt pour la recherche. Pour lui, cette visite est une bonne manière de démystifier la recherche et d'intéresser les jeunes à suivre un parcours en science. 
L'importance de la recherche fondamentale
Pour que la recherche appliquée donne des résultats concrets, il faut nécessairement le parcours de la recherche fondamentale pour débroussailler le terrain et établir les règles générales qui permettront la création de médicaments ou de thérapies.
Il donne l'exemple de la trithérapie pour contrer le VIH-Sida ou encore les thérapies multiples pour arrêter la progression de certains cancers, même les vaincre.
«La recherche fondamentale a permis de comprendre les mutations des cellules. Si ça va dans tel sens, c'est correct. Si c'est dans une autre direction, c'est dangereux. Lorsque l'on comprend le comportement des mutations, on peut alors agir, explique-t-il. C'est ce qui a permis de comprendre que la trithérapie est efficace. La cellule mutante peut s'adapter à un type de traitement, mais s'il y en a deux ou trois, l'adaptation ne se fait plus et la maladie peut être traitée. On voit la même chose avec les antibiotiques contre les maladies résistantes. En étudiant le comportement de la cellule, on sait que tel antibiotique additionné à tel autre ou en incluant une autre substance donne une bonne efficacité. La cellule ne peut pas s'adapter à deux ou trois formes de traitement à la fois.»
Ce jeune chercheur prometteur, comme l'indique le libellé de la bourse, s'intéresse donc aux fondements mêmes de l'évolution. Il étudie la vie intérieure des cellules pour comprendre le processus des mutations causées par divers facteurs, notamment les changements climatiques ou les interactions de facteurs externes comme la pollution ou les sécheresses.
En reproduisant les circonstances de l'évolution ou des mutations, notamment avec des levures, il arrive à comprendre comme les microbes, les plantes et les animaux s'adaptent aux changements dans leur milieu en modifiant les mécanismes cellulaires.
«Notre grand défi, c'est de comprendre cette évolution pour établir les règles générales; par la suite, la recherche appliquée pourra travailler sur la création de nouveaux traitements», conclut-il.