Alcool: les abstinents prennent-ils vraiment plus souvent congé du travail que les autres?

LA SCIENCE DANS SES MOTS / La revue savante «Addiction» a publié tout récemment une étude qui faisait un lien entre la consommation d’alcool et les congés de maladie pris par une personne. Sans surprise, l’article a conclu que les plus gros buveurs s’absentent du travail plus souvent que la moyenne mais, étonnamment, ses auteurs ont également trouvé que les gens qui ne boivent jamais prennent eux aussi plus de congé que la moyenne. Dr James Nicholls, directeur de la recherche de l’organisme Alcohol Research UK, a écrit le texte qui suit en réaction à cette étude.

Cette vaste étude suggère que les abstinents sont plus susceptibles que les buveurs de prendre des congés de maladies pour tout un éventail de problèmes de santé. Les raisons derrière tout cela ne sont pas claires. Les auteurs de l’étude tenté d’écarter les gens qui ont arrêté de boire pour des raisons médicales afin qu’ils ne biaisent pas leurs résultats, mais ils admettent que cela peut toujours jouer. Ils ont également trouvé que les abstinents étaient plus souvent des gens pauvres, ce qui est un facteur très significatifs de problèmes de santé.

Néanmoins, leurs résultats sont importants, notamment parce que l’étude a été tenue dans trois pays qui ont des habitudes culturelles très différentes à l’égard de l’alcool. Leurs données suggèrent que boire modérément n’est pas associé à un risque accru de problèmes de santé physique et mentale avant l’âge de la retraite. Leur étude montre aussi, et c’était à prévoir, que la consommation excessive est associée à de plus forts taux de blessure et d’empoisonnement.

Cette étude doit être replacée dans son contexte. Ce n’est pas une mesure du risque sur toute une vie, les problèmes de santé dont elle tient compte sont classés en larges catégories et elle ne mesure pas les effets à court terme sur le travail, comme les pertes de productivité dues à la gueule de bois. Et elle ne dit pas non plus que l’abstinence cause l’absentéisme, mais plutôt que les abstinents s’absentent plus fréquemment du travail, pour des raisons qu’on ne connaît pas encore.

Toutefois, même si les résultats ne disent pas «l’alcool est bon pour vous», ils suggèrent quand même que boire modérément ne fait pas manquer de jours de travail pour cause de maladie.

* * * * *

Ce texte est d’abord paru sur le site sciencemediacentre.org. Traduit et reproduit ici avec permission.

«La science dans ses mots» est une tribune où des scientifiques de toutes les disciplines peuvent prendre la parole, que ce dans des lettres ouvertes ou des extraits de livres.