Pour la Coalition nationale pour la vie, il est évident que le chef conservateur Andrew Scheer empêchera le débat sur l’avortement d’avoir lieu. La responsable des relations avec le gouvernement de ce lobby, Hannah Kepka, en comprend qu’il ne voterait pas «pour la protection de la vie» si l’occasion se présentait.

Scheer s’attire les foudres d’un lobby «pro-vie»

OTTAWA — Le chef conservateur Andrew Scheer pourrait obtenir une «lumière rouge» de la part d’un lobby «pro-vie» pour ses plus récents commentaires sur l’avortement.

La Coalition nationale pour la vie a l’habitude d’accorder une lumière verte, jaune ou rouge à toutes les personnes qui se présentent aux élections fédérales.

Une «lumière verte» signifie que le candidat est contre l’avortement et peut être soutenu par les électeurs «pro-vie». À l’inverse, une «lumière rouge» veut dire que le candidat soutient le droit à l’avortement et est donc persona non grata dans l’organisation.

Ceux qui ont tenu une position ambiguë ou dont la position sur l’avortement n’est pas connue obtiennent quant à eux une «lumière jaune».

Jeudi, M. Scheer a réitéré qu’il allait «s’opposer» aux initiatives de ses députés qui voudraient rouvrir le débat sur l’avortement. Il tentait alors de mettre le couvercle sur la controverse qui suit son parti depuis quelques jours.

Pour Hanna Kepka, responsable des relations avec le gouvernement pour la Coalition nationale pour la vie, il est évident que le chef conservateur empêchera le débat sur l’avortement d’avoir lieu. Elle en comprend qu’il ne voterait pas «pour la protection de la vie» si l’occasion se présentait.

M. Scheer avait eu droit à une «lumière verte» dès ses premières années en politique parce que son registre de votes était compatible avec ses croyances religieuses, explique Mme Kepka.

«Ambiguïté»

À son avis, ses plus récents propos sur l’avortement viennent contrarier une partie «très importante» de sa base électorale de la droite religieuse.

«Il désire maintenir une ambiguïté. Il s’est présenté comme un homme de foi, qui est tenu de respecter les 10 commandements, dont “tu ne tueras point”. En même temps, il a dit que lui, personnellement, il fera tout pour que ce débat n’ait pas lieu et que le statu quo soit maintenu», déplore la porte-parole.

Mme Kepka considère que la conférence de presse tenue jeudi était une «occasion ratée» de M. Scheer, qui aurait dû s’attaquer à la position «extrême» de Justin Trudeau sur l’avortement, à son avis.

L’organisme a l’intention d’inciter les citoyens à voter pour tous les candidats qui appuient sans réserve leurs idées, qu’ils soient du Parti conservateur du Canada, du Parti populaire du Canada ou du Parti de l’héritage chrétien du Canada.

Les codes de couleur de la Coalition nationale pour la vie ne sont dorénavant accessibles qu’aux donateurs et aux supporters, en raison des nouvelles règles d’Élections Canada. Ils étaient auparavant publics.

M. Scheer s’est retrouvé embourbé dans un débat sur l’avortement, après que son lieutenant québécois, Alain Rayes, eut affiché une position légèrement différente de la sienne. M. Rayes avait déclaré que les députés sous un gouvernement conservateur n’auraient pas le droit de déposer des projets de loi ou des motions sur l’avortement.

Le bureau de M. Scheer a dû réajuster le tir et confirmer que c’était faux. Il a répété qu’il n’empêcherait pas les députés de déposer de tels projets de loi, mais qu’il n’était pas question de rouvrir le débat.