Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer

Scheer congédie son chef de cabinet Marc-André Leclerc

Le chef conservateur Andrew Scheer congédie son chef de cabinet, Marc-André Leclerc, dans la foulée de la défaite électorale de son parti. Le Robervalois d’origine avait été le premier Québécois francophone à assumer cette fonction au sein du parti.

Dans un courriel transmis samedi matin à différents médias, M. Scheer a indiqué que son chef de cabinet Marc-André Leclerc n’occupait plus ses fonctions à partir de maintenant. Brock Harrison, son directeur des communications, a également été remercié de ses services.

Ils sont respectivement remplacés de façon intérimaire par Martin Bélanger et Simon Jefferies jusqu’à la nomination de successeurs permanents.

Sur Twitter, Marc-André Leclerc a annoncé prendre sa «retraite du monde politique fédéral». «Je tiens à remercier M. Scheer pour la confiance et l’opportunité d’avoir joué un rôle de premier plan. Pour le reste de 2019, ce sera du temps en famille. Pour 2020, ce sera de nouveaux projets», a-t-il commenté, en fin d’avant-midi.

Nommé en septembre 2018

Marc-André Leclerc avait été nommé chef de cabinet d’Andrew Scheer en septembre 2018. Il était alors chef de cabinet adjoint depuis 2017 et avait été nommé chef de cabinet de façon intérimaire en mai 2018, avant d’être officialisé dans ses fonctions quelques mois plus tard. M. Leclerc avait alors affirmé que sa nomination envoyait «un signal fort» sur l’importance que le chef conservateur accordait au Québec.

L’ancien chef de cabinet, fils de Rémi Leclerc, ancien adjoint politique de l’ex-député et ministre conservateur Denis Lebel, évolue au sein du Parti conservateur du Canada depuis plus d’une dizaine d’années. Il s’était impliqué dans la campagne de Denis Lebel lors de sa première élection, en 2007.

Il a ensuite occupé différentes fonctions au sein du parti dans les années suivantes, notamment en travaillant auprès de Rona Ambrose, en 2016. 

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marc-André Leclerc est également connu pour ses participations à la Traversée internationale du lac Saint-Jean, entre 2002 et 2007.

Défaite décevante

M. Scheer n’a pas expliqué les raisons de sa décision de renvoyer son directeur de cabinet et son directeur des communications. Celle-ci survient au moment où le parti tente toujours de digérer la défaite décevante subie lors du scrutin du 21 octobre.

«Nous avons un travail important à accomplir: demander des comptes à Justin Trudeau et à son gouvernement libéral corrompu. Quand nous y parviendrons, nous pourrons lui succéder au terme du prochain scrutin», peut-on lire dans la lettre.

Les conservateurs ont été incapables de réaliser les percées au Québec et en Ontario qui leur auraient été nécessaires pour l’emporter, même s’ils ont été au coude-à-coude avec leurs adversaires libéraux dans les sondages menés tout au long de la campagne.

Le Parti conservateur a remporté plus de sièges qu’en 2015, mais continuera de former l’opposition officielle dans un parlement minoritaire.

L’avenir politique d’Andrew Scheer demeure encore en jeu, à deux semaines de la reprise des travaux parlementaires à la Chambre des communes. Son sort sera décidé à l’occasion d’un congrès en avril 2020.