La Ville de Québec loue parfois l’accès à son filage, notamment au ministère des Finances qui y fait transiter ses données numérisées.
La Ville de Québec loue parfois l’accès à son filage, notamment au ministère des Finances qui y fait transiter ses données numérisées.

Saviez-vous que la Ville de Québec exploite un réseau de fibres optiques?

Voici un petit article à classer dans la catégorie «Le saviez-vous?» Donc, saviez-vous que la Ville de Québec joue dans le marché des télécoms? Elle a déployé un réseau de fibres optiques. Et loue parfois l’accès à son câblage, notamment au ministère des Finances qui y fait transiter ses données numérisées.

«La Ville possède son propre réseau privé de fibres optiques reliant ses différents immeubles et installations sur le territoire», explique au Soleil le porte-parole municipal David O’Brien. Et, «de manière ponctuelle», la cité collabore avec l’État québécois en matière de «ressources informationnelles».

Donc, dans le cadre des échanges de civilités entre la capitale et l’État, un droit de passage dans la fibre optique municipale est occasionnellement sollicité. «Il arrive que le gouvernement ou un ministère demande de manière exceptionnelle à utiliser des infrastructures de la Ville afin de faciliter ses opérations.»

C’est dans ce cadre qu’en 2017-2018 une entente a été conclue afin de relier par fibre optique les bureaux du ministère des Finances de la place d’Youville et de la rue Cook au siège social du 12, rue Saint-Louis (en diagonal du château Frontenac, dans le Vieux-Québec). Le ministère a alors obtenu le droit d’usage exclusif de l’essentiel du circuit pendant 10 ans moyennant quelques dizaines de milliers de dollars, lit-on dans des documents municipaux.

C’est encore dans le cadre de ces échanges entre les administrations publiques qu’une nouvelle entente vient d’être conclue. Cette fois, le ministère des Finances veut compléter ce trajet de fibre optique «exclusif» jusqu’au 390, boulevard Charest Est, dans le quartier Saint-Roch, nous apprend un feuillet récemment remis aux élus de la capitale.

Pourquoi? Parce que les employés du Vieux-Québec sont rapatriés en Basse-Ville pour environ 5 ans, le temps que leurs locaux habituels soient rénovés de fond en comble. Autant le 12, rue Saint-Louis que le 8, rue Cooke sont vidés de leurs occupants. 

À LIRE AUSSI: Ministère des Finances: 7 M$ de rénos pour des bureaux temporaires

«Dans le cas de la nouvelle entente, la Ville a accepté exceptionnellement la demande du ministère étant donné qu’elle a de la capacité de libre sur son réseau», commente David O’Brien. «La fibre optique appartenant à la Ville passe déjà devant les deux édifices du ministère et sur le tracé entre les deux. La fibre est donc déjà présente sur les 2 km et n’a pas à être installée tout au long.»

La Ville facturera cependant 12 000 $ pour le branchement du 390, Charest Est à son réseau. «La Ville préfère être maître d’œuvre pour cette portion vu qu’il s’agit de travaux touchant ses infrastructures.» Un loyer totalisant 42 500 $ sera, en outre, exigé pour les 5 ans du contrat. 

Attention toutefois : la Ville ne veut pas que nous pensions qu’elle se lance à grande échelle dans le marché. «Non, la Ville n’est pas un fournisseur commercial de fibre optique, la Ville fait plutôt ici une entente de service exceptionnelle, comme elle l’a déjà fait en 2018, à la demande du ministère, à titre de bonne collaboration entre organismes publics», tient à préciser David O’Brien. «Cette pratique est unique à ces cas et n’est pas un service que la Ville offre normalement.»