Photo Yan Doublet, Le Soleil - Chef Rene Gros-Louis au Centre de Sante Wendake - 06/20/2017 - le 20 juin 2017 - actualite - 30 -

Wendake: coup d'accélérateur pour le projet Tortue

Wendake donne un coup d'accélérateur pour enfin faire aboutir son ambitieux projet Tortue qui, sans mauvais jeu de mots, progresse à pas de tortue depuis huit ans.
Le projet Tortue, c'est d'avoir dans un seul et même lieu une panoplie de services de santé. La première phase est née en 2014 avec la construction d'un centre de santé pour 4,8 millions $, dont 3,6 millions $ provenaient de Santé Canada. Là où les choses piétinent, c'est pour la phase 2 qui comprend un CHSLD et des logements supervisés.
«Il faut qu'en 2018, l'annonce soit faite», tranche le chef René Gros-Louis, qui a présenté au Soleil le second morceau du projet, maintenant révisé, évalué à 14 millions $. Plutôt que de construire 80 logements communautaires, la nation huronne-wendat en envisage 40. Aussi, le projet serait déployé en un seul grand bâtiment, grimpé sur quatre étages.
«C'est tout frais, on a revu la stratégie pour s'assurer de pouvoir attacher le financement», a poursuivi le chef. Tout le volet pour le logement, autour de 7 millions $, a par ailleurs été soumis au fédéral il y a deux semaines, entre autres devant les difficultés rencontrées pour financer un projet d'habitation sur réserve avec la Société d'habitation du Québec.
Ce qui vient alléger la participation du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui n'aurait maintenant qu'à donner le feu vert à la construction d'un CHSLD de 24 lits. L'aide recherchée par la communauté se chiffre à 6,3 millions $. La nation complèterait le financement total de la résidence, qui avoisine 6,8 millions $. 
«Mourir chez eux»
Wendake est sans CHSLD. Seule la résidence Marcel-Sioui accueille les personnes âgées, une douzaine de places qui seraient d'ailleurs rapatriées dans le nouveau bâtiment. «Il n'y a rien pour les aînés. Aussitôt qu'une personne âgée est en perte d'autonomie, elle se retrouve dans le réseau provincial, aux alentours», soutient le chef Gros-Louis.
«Demeurer avec les siens, d'avoir vraiment la culture très présente [...] dans n'importe quelle communauté, les gens veulent demeurer chez eux. Ils veulent mourir chez eux, on va dire le vrai terme et notre population a été très claire à ce sujet-là», assure-t-il, évoquant aussi le vieillissement des membres de la communauté.
«Il faut qu'en 2018, l'annonce soit faite», tranche le chef René Gros-Louis, qui a présenté au <em>Soleil</em> le second morceau du projet Tortue, maintenant révisé, évalué à 14 millions $.
Avoir un CHSLD sur les terres de la nation libérerait du même coup des places dans le réseau, argumente aussi le chef. René Gros-Louis a rencontré en avril le ministre Gaétan Barrette. «Il nous a dit qu'il avait une marge de manoeuvre plus grande cette année et qu'il avait bon espoir [...] qu'il pourrait participer au projet», relate-t-il.
Trois ministres
La nation huronne-wendat a vu trois ministres de la Santé défiler depuis le début de son projet Tortue en 2012. Mais l'année 2018 doit être la bonne, martèle M. Gros-Louis. Le conseil huron-wendat a notamment fait appel à la firme lobbyiste Hill et Knowlton Stratégies pour débloquer la question du financement.
«On sent que l'ouverture vraiment est là [chez le ministre Barrette]», exprime le chef Gros-Louis. «On nous demandait toujours où était le fédéral. Je pense que c'est une belle marque de notre part [auprès de Québec] d'avoir revu la partie des logements. Ça démontre qu'on explore toutes les avenues pour réaliser le projet», résume-t-il. 
L'aide pour les 40 logements se traduirait par un prêt à la nation de 6,4 millions $ de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, garanti par le ministère des Affaires autochtones et du Nord du Canada. Encore là, le conseil bouclerait le montage.
Et une super-clinique?
En marge des représentations pour le projet Tortue, le ministre Gaétan Barrette aurait lancé l'idée d'aménager une super-clinique à Wendake.
La porte aurait été ouverte après que le ministre eut été informé que 16 Hurons-Wendats seront médecins d'ici 2020. «Il a été fort impressionné», relate le chef René Gros-Louis. M. Barrette aurait alors évoqué «un beau projet» pour la nation. «Il a dit : "Êtes-vous partant [pour une super-clinique]? "»
Ce à quoi M. Gros-Louis, qui était accompagné du grand chef Konrad Sioui a répondu par l'affirmative. «On met l'accent sur le projet Tortue», a-t-il néanmoins affirmé. «On n'est pas prêt là, sauf que c'est sûr que s'il y a une ouverture de Québec et une urgence, on va se dépêcher de construire un bâtiment à cet effet-là.»
La super-clinique pourrait être construite sur les terres nouvellement acquises du boulevard de la Colline et viendrait combler les besoins dans le nord de la capitale. Au cabinet du ministre, on explique que «l'ensemble du projet» Tortue est toujours en analyse, sans préciser la possibilité d'une super-clinique.