L'instigateur de la pétition est Roger Bélanger, un préposé à l'entretien ménager de l'Hôpital de Baie-Saint-Paul.

Une pétition pour l'abolition des frais de stationnement des hôpitaux

Un préposé à l’entretien ménager de l’Hôpital de Baie-Saint-Paul réclame l’abolition pure et simple des frais de stationnements des hôpitaux, tant pour les employés que pour les visiteurs.

Roger Bélanger a communiqué avec Le Soleil, lundi, pour faire connaître la pétition qu’il a initiée il y a quelques semaines. 

Selon lui, on ne devrait pas soutirer des sommes aux patients et à leurs proches alors qu’ils sont dans une situation de vulnérabilité. Pas plus qu’on ne devrait exiger des employés à temps plein et à temps partiel des frais pour stationner leur véhicule, plaide-t-il dans sa pétition déposée sur le site de l’Assemblée nationale. 

Le Charlevoisien trouve «injuste» que les employés et les visiteurs des établissements de santé doivent débourser ces frais «alors qu’on ne demande rien à ceux d’autres institutions publiques comme la police, la Société des alcools du Québec et la Société de l’assurance automobile du Québec». 

Les tarifs de stationnement dans les établissements périphériques du CIUSSS de la Capitale-Nationale (Charlevoix, Portneuf et Beaupré) s’élèvent actuellement à 8,50 $ par semaine pour les employés, les médecins et la main-d’œuvre indépendante. À compter de 2019, ils s’élèveront à 10 $ par semaine. À Québec, les tarifs pour les employés du CIUSSS sont actuellement établis à 12 $ par semaine, puis augmenteront de 2,11 $ par semaine à partir de l’an prochain.

Quant aux visiteurs des établissements du CIUSSS, le stationnement n’est gratuit que pour les bénévoles, les familles de la clientèle hébergée en longue durée, les stagiaires et les participants à la recherche. Les autres visiteurs doivent, comme c’est le cas pour d’autres établissements, payer un tarif selon le temps d’utilisation du stationnement (les frais sont là aussi moins chers en périphérie que dans la capitale).