Cette infirmière sans permis d’exercice avait malgré tout oeuvré dans plusieurs départements de l’hôpital, notamment dans celui fort névralgique de la chirurgie.

Une fausse infirmière démasquée à Jonquière... après 20 ans [VIDÉO]

Une fausse infirmière vient d'être démasquée et congédiée, après avoir soigné des patients pendant 20 ans à l'hôpital de Jonquière.

La femme a été mise à la porte il y a environ deux semaines par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay - Lac-Saint-Jean dont fait partie l'hôpital.

Pour réussir à être embauchée et à conserver son emploi pendant toutes ces années, elle avait fourni des documents falsifiés, dont le numéro du permis d'exercice d'une autre infirmière qui portait le même nom qu'elle, a précisé le CIUSSS, ainsi qu'un faux diplôme d'études en soins infirmiers.

Son stratagème a été découvert il y a quelques semaines, lorsqu'elle s'est inscrite à une formation. Un responsable du CIUSSS s'est aperçu que le numéro de permis était associé à une infirmière dont l'âge ne correspondait pas au sien.

Elle a immédiatement été retirée de ses fonctions, suspendue pendant que le CIUSSS menait l'enquête, et a finalement été congédiée, a confirmé ce dernier.

Cette infirmière sans permis d'exercice avait malgré tout oeuvré dans plusieurs départements de l'hôpital, notamment celui de la chirurgie. Et elle y avait berné tout le monde.

Malgré ses recherches, le CIUSSS a été incapable de retracer quelque diplôme d'études en soins infirmiers que ce soit au nom de cette femme.

«Au fil des ans, des documents lui ont été demandés et ont été fournis - des documents falsifiés», a indiqué Joëlle Savard, porte-parole du CIUSSS.

Sans formation, comment a-t-elle donc pu passer à travers les mailles du filet et travailler comme infirmière toutes ces années, et cela, sans que des fautes professionnelles ne soient relevées?

Difficile à dire, mais des hypothèses sont soulevées en guise de réponse: elle avait auparavant travaillé quelques années comme préposée aux bénéficiaires et a été exposée au travail des infirmières, a suggéré Mme Savard. Entourée de gens fort compétents à l'hôpital de Jonquière, cela a pu pallier son manque de connaissances, a-t-elle ajouté.

Son cas a fait réaliser au CIUSSS une faille de son système informatique: il ne permettait pas de déceler les doublons dans les numéros de permis.

Le problème a déjà été corrigé, assure Mme Savard: «cela ne pourrait pas se reproduire aujourd'hui».

Le CIUSSS évalue ses options, dont la possibilité de poursuites. «Les actes sont très graves. Le fait d'exercer illégalement la profession, c'est inacceptable», souligne Mme Savard.

Et pour rassurer la population, elle indique que les vérifications sont terminées cette année pour les quelque 3000 infirmières du CIUSSS et que leurs permis sont en ordre.

Pour le syndicat, le cas de cette fausse infirmière démontre un laxisme de l'employeur et de la direction des soins infirmiers.

«Ça a été une très grande surprise pour nous. Quelques semaines ou quelques mois, c'est déjà arrivé. Mais pour une durée aussi importante, dans notre tête à nous, c'était impossible», a relaté en entrevue Julie Bouchard, présidente de la FIQ?Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay - Lac-Saint-Jean.

Un cas rare mais préoccupant

Réagissant à cette nouvelle, l'Ordre des infirmières s'est empressé de déclarer que ce genre de cas est «extrêmement rare».

Rare, mais inquiétant. «C'est très grave parce que cette personne-là aurait pu commettre des gestes qui auraient pu avoir des conséquences importantes chez des patients», a fait valoir en entrevue le président de l'Ordre, Luc Mathieu.

Pourtant, il y a à peine trois mois, un faux infirmier avait été débusqué à Sherbrooke. Le président de l'Ordre convient qu'il s'agit de deux cas en peu de temps, mais maintient que si l'on regarde sur une plus longue période de temps, ce genre de situation demeure exceptionnel.

Il assure que des mécanismes de vérification sont mis à la disposition des établissements de santé en tout temps, notamment en ligne, 24 heures sur 24, pour vérifier si une personne est membre de l'OIIQ et en droit d'exercer la profession d'infirmière.

L'exercice illégal et l'usurpation de titre d'infirmière peuvent entraîner des amendes, avertit l'Ordre, pouvant aller jusqu'à 125 000 $, voire le double en cas de récidive.

Le syndic de l'Ordre est en train d'enquêter sur le cas de cette infirmière de Jonquière.

Au cabinet de la ministre de la Santé, Danielle McCann, on juge la situation «préoccupante et inacceptable».

Mais on se dit aussi rassuré par les correctifs rapides apportés par le CIUSSS au processus de vérification des permis d'exercice.