Un côlon géant présentant des polypes a déjà été installé au complexe Desjardins, à Montréal, pour sensibiliser la population à ce type de cancer, au 2e rang des plus mortels en Amérique du Nord.

Un test de dépistage plus facile du cancer colorectal

Depuis quelques mois, il est possible de dépister un cancer colorectal avec un nouveau test sans devoir passer un examen plus invasif du gros intestin ou du côlon avec une petite caméra. On l'appelle le FIT test. Il est fait à partir d'un prélèvement de selles.
«Ce test est beaucoup plus simple et beaucoup plus précis que celui qui était disponible auparavant. Il détecte trois fois plus de polypes, deux fois plus de cancers que l'autre test. Il est recommandé aux deux ans chez tous les gens de 50 à 74 ans qui n'ont aucun symptôme d'un problème digestif ou qui n'ont pas d'antécédents familiaux», a indiqué, jeudi, le Dr Pierre Hallé, chef du service de gastroentérologie de Québec.
«Le test va pouvoir réduire de 20 à 30 % la mortalité causée par le cancer colorectal. Avec le FIT test, on va pouvoir doubler les diagnostics de cancers. Actuellement, on en diagnostique près de 6000 par année. On va pouvoir détecter plus de cancers précoces», a-t-il ajouté.
Actuellement, ce test de dépistage peut être obtenu par une ordonnance d'un médecin. Il est question que le ministère de la Santé rende ces tests accessibles plus facilement dans un avenir rapproché. Généralement, de 4 à 6 % de ces tests sont positifs. L'étape suivante est une coloscopie ou un examen du côlon ou du gros intestin.
Il est toutefois recommandé aux personnes qui ont des problèmes digestifs ou qui ont des antécédents familiaux d'un cancer colorectal de subir une coloscopie de dépistage plutôt que de se fier au nouveau test.
Réduction des coûts
L'autre bonne nouvelle est qu'un dépistage accru et précoce d'un cancer colorectal permettra de réduire les coûts de santé par une diminution de l'hospitalisation des patients et des frais de chimiothérapie pour les cancers avec métastases.
«C'est beaucoup plus économique de faire du dépistage. On peut détecter un cancer précoce sans métastase. La personne est opérée plus tôt. Le séjour hospitalier est court et la personne peut retourner au travail trois semaines après. Un traitement de chimiothérapie avec les nouveaux agents peut coûter 40 à 50 000 $ par année pendant deux ans», a souligné le Dr Hallé.
Selon des études, le FIT test permettrait de réduire la mortalité de 30 % par rapport à 68 % pour une coloscopie plus invasive. Toutefois, nombreuses sont les personnes qui refusent de passer une coloscopie ou un examen du côlon.
Le cancer colorectal vient au deuxième rang des causes de décès par cancer au Canada, bien qu'il soit possible de guérir de cette maladie. L'an dernier, 5800 Québécois ont reçu un diagnostic de cancer colorectal et 2200 en sont décédés. Plus d'hommes que de femmes développent ce cancer bien souvent asymptomatique.