Un premier cas probable de transmission sexuelle du virus Zika au Canada

Les autorités médicales de la Saskatchewan investiguent ce qui pourrait être le premier cas de transmission sexuelle du virus Zika au Canada.
La médecin en chef adjointe de la Saskatchewan, Denise Werker, a annoncé jeudi qu'une femme semble avoir contracté le virus après avoir eu une relation sexuelle avec un homme qui avait séjourné dans un pays où le virus Zika est répandu.
Mme Werker a affirmé que la contamination par voie sexuelle n'a pas encore été confirmée, mais qu'elle souhaitait rendre cette information publique pour que les Canadiens puissent prendre les précautions nécessaires.
Elle a expliqué qu'un homme peut transmettre le virus à une femme pendant une relation sexuelle et que le virus survit dans le sperme plus longtemps que dans le sang. Elle recommande donc aux hommes d'utiliser des condoms pour une période de six mois suivant un voyage dans un pays touché par l'épidémie.
La plupart des personnes infectées par le virus, qui se transmet généralement par des moustiques, n'ont pas de symptômes. Certaines personnes ressentent toutefois de la douleur et souffrent de fièvre, d'éruption cutanée ou de conjonctivite.
Des spécialistes croient que le virus Zika pourrait être lié à des milliers de cas de bébés qui sont nés avec des têtes anormalement petites au Brésil.
L'épidémie de Zika est présentement répandue à la plupart des pays d'Amérique du Sud, d'Amérique centrale, des Caraïbes et à certaines régions du Mexique.
Le moustique qui transmet le Zika n'est pas présent au Canada, mais 32 personnes vivant au pays ont été contaminées.
Mme Werker a expliqué que les cas de transmissions sexuelles du virus sont rares, mais que certains cas ont été rapportés aux États-Unis, en Argentine, en Italie, en France et en Nouvelle-Zélande.