Zenétudes est un programme lié à la santé mentale, qui aide les jeunes à passer par cette phase de transition qui peut être difficile pour certains, lorsqu’ils quittent la maison familiale.

Un don pour la santé mentale des jeunes au cégep

MONTRÉAL - Un programme appelé Zenétudes, qui vient en aide aux étudiants lors du passage du secondaire au cégep, pourra être étendu à un plus grand nombre de jeunes, grâce à un don de 500 000 $ annoncé lundi.

C’est la Fondation de la famille Rossy et Bell Cause pour la cause qui verseront chacun une somme de 250 000 $ pour que ce programme puisse être étendu à un plus grand nombre de cégeps.

Zenétudes est un programme lié à la santé mentale, qui aide les jeunes à passer par cette phase de transition qui peut être difficile pour certains, lorsqu’ils quittent la maison familiale, deviennent de jeunes adultes, et peuvent éprouver des problèmes d’anxiété, d’angoisse de performance, voire de dépression.

«Les problèmes de santé mentale émergent dans l’adolescence et même plus tôt. On sait qu’à l’adolescence (ce sont) des problèmes de santé mentale qui peuvent apparaître banals pour les adultes. Mais quand on se rappelle de cette époque-là, on se rappelle de problèmes d’anxiété sociale, de performance, de transition de l’adolescence à l’âge adulte et ainsi de suite. On se rappelle qu’il n’y avait pas vraiment de possibilité d’avoir de l’aide dans ces situations-là», a relaté le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

Le programme Zenétudes, lorsqu’il sera pleinement déployé, comportera trois volets: la prévention pour tous, en classe, offerte par l’enseignant, puis la «prévention ciblée sélective» en atelier par un enseignant professionnel en santé mentale, puis la «prévention ciblée indiquée» par groupe de cinq à 10 étudiants par deux professionnels en santé mentale.

Il aborde plusieurs thèmes, comme le sentiment d’appartenance au collège, une réflexion sur son choix professionnel, la gestion de l’anxiété, les relations amoureuses, les stratégies d’étude et les saines habitudes de vie.

«En 2014, une enquête que nous avons réalisée auprès de 12 000 étudiants collégiaux a révélé que plus du tiers, donc 35% de ceux-ci, ressentaient souvent ou tout le temps de l’anxiété. Pour certains étudiants, donc, la transition entre le secondaire et le collégial peut être difficile. C’est pourquoi il importe d’outiller ces jeunes, de leur donner des stratégies préventives en matière de santé mentale», a souligné Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps.

Zenétudes a été mis au point par une professeure-chercheuse de l’Université du Québec à Montréal, Diane Marcotte, directrice du Laboratoire de recherche sur la santé mentale des jeunes en contexte scolaire. «Jusqu’à présent, on a quelques données probantes, mais on ne sait pas encore comment ça marche, quelles composantes sont les plus efficaces», a indiqué Mme Marcotte.