La sanction n'a rien à voir avec les compétences du médecin de 42 ans.

Un cardiologue radié pendant six mois

Le cardiologue Jean-Pierre Déry, qui pratique à l'hôpital Laval, vient d'être suspendu pour une période de six mois par le conseil de discipline du Collège des médecins.
La sanction n'a rien à voir avec les compétences du médecin de 42 ans ni avec les soins qu'il a prodigués auprès de patients ayant des problèmes cardiaques. Le cardiologue était apprécié de tous, indique-t-on dans la décision.
Le Dr Déry a été radié temporairement pour avoir prescrit, de 2005 à 2012, du Dilaudid, un analgésique pour soulager de fortes douleurs, à une «personne proche» dont l'identité n'a pas été dévoilée. De plus, on reproche au médecin d'avoir établi un stratagème pour faire de fausses ordonnances du médicament à d'autres personnes pour tromper les pharmaciens. On le blâme également d'avoir prodigué des traitements par injection à une femme qui souffrait de migraines sévères sans avoir l'expertise sur les quantités prescrites et la durée du traitement. Le médecin n'a jamais profité personnellement des ordonnances.
La personne qui a reçu les traitements est devenue narcomane. Elle a dû suivre des cures de désintoxication. À la lecture de la décision du conseil de discipline, on en déduit que la «personne proche» exerçait un chantage émotif, qu'elle a manipulé le médecin.
Lors de sa comparution devant le conseil, le Dr Déry a admis ses fautes rapidement. «Il se sentait comme un minable, un bandit se considérant comme un déshonneur pour sa profession. En somme, il affirme qu'il voulait empêcher [la personne proche] de souffrir au risque de se faire radier», peut-on lire dans la décision.
«Il s'agit incontestablement d'un drame humain qui s'est produit dans l'ombre jusqu'au moment où un pharmacien est intervenu pour dénoncer l'intimé [Dr Déry], ce qui, en l'espèce, était la meilleure chose qui ait pu lui arriver tant personnellement que pour la personne proche», a conclu le conseil de discipline.