L'excitation était palpable dans ces mots écrits par la policière Katia Pitre, qui bénéficie d'une véritable vague de compassion et d'amour depuis environ une semaine, elle qui se bat contre un cancer agressif des ovaires alors qu'elle n'est âgée que de 29 ans.

Traitement aux États-Unis : la policière Katia Pitre près du jour J

Après avoir regroupé plus de 300 000 $ en dons afin d'aller se faire soigner aux États-Unis, la policière de Québec Katia Pitre se rapproche du jour J où les médecins américains lanceront le traitement expérimental visant à la guérir.
Plus tôt cette semaine, la femme atteinte d'un cancer agressif des ovaires est arrivée à Minneapolis, au Minnesota, et elle sera hospitalisée au Centre médical Fairview de l'Université du Minnesota. Elle est accompagnée de sa mère, qui lui fera un don vital de cellules NK en cours de traitement.
«Ils [le personnel de l'hôpital] ont vraiment fait une bonne prise en charge, le personnel est vraiment attentionné avec nous», a indiqué la policière, lors d'un entretien téléphonique. «J'ai vraiment hâte que ça commence!»
La policière a appris que le traitement expérimental devrait débuter mercredi prochain. Les médecins américains doivent attendre de mettre la main sur des échantillons effectués sur la patiente lors d'une première séance de chimiothérapie réalisée au Québec. À la suite des premiers examens faits sur la malade, les spécialistes de l'hôpital américain ont des motifs de croire qu'elle devrait bien réagir au traitement, notamment en raison de sa bonne condition physique et de son jeune âge.
Même loin de chez elle, la policière ne cesse de penser à tous les généreux donateurs qui lui ont permis de rassembler la somme nécessaire. «C'est à coups de 2 $, 5 $, 10 $, 20 $, 40 $ que j'ai pu atteindre l'objectif. J'ai pu bénéficier de la compassion d'une grande partie de la population. Merci encore à tout le monde!»