Aucun employé n'a donc pu accéder à l'hôpital situé sur la route 132 pour le quart de travail qui commence à 8h. Si bien que tous ceux qui ont travaillé cette nuit ont été forcés de faire du temps supplémentaire.

Tempête: des heures supplémentaires à l'hôpital de Montmagny

Plusieurs rendez-vous et chirurgies ont dû être annulés dans les hôpitaux et CLSC de Lotbinière, du nord de la Beauce, de Lévis et de Montmagny mercredi en raison de la tempête monstre. En tout, 180 médecins, infirmières et autres travailleurs de la santé n'ont pu se rendre au travail.
Habituée à ce que les vents forts forcent la fermeture de l'autoroute 20 en hiver, la direction de l'hôpital de Montmagny a une solution à toute épreuve pour transporter son personnel médical.
«On fait stationner les gens à l'école secondaire Louis-Jacques-Casault, on les embarque dans un autobus, et escortés d'une gratte et de la police, on réussit à se rendre à l'hôpital. Mais ce matin, c'est la première fois que ça ne fonctionne pas. La visibilité était trop nulle et on n'a pas réussi à le faire», explique Mireille Gaudreau, responsable des relations médias pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches.
Pour les quarts de travail débutant à minuit et à 8h mercredi, aucun employé n'a donc pu accéder à l'hôpital situé sur la route 132. Si bien que tous ceux qui étaient déjà sur place ont été forcés de faire du temps supplémentaire. Certains ont travaillé pendant 20 heures consécutives, de 16h à midi le lendemain.
L'Hôtel-Dieu de Lévis a aussi eu à composer avec un nombre important personnel absent, coincé à la maison en raison des nombreuses routes fermées sur la Rive-Sud. «Dans ce cas-là, les équipes aux ressources humaines ont ciblé les gens qui vivaient près de l'hôpital pour les rappeler au travail. Il y a eu une belle solidarité aussi. Il y a des employés qui sont rentrés même s'ils n'étaient pas planifiés», raconte Mme Gaudreau.
Deux fois plus long
Du côté ambulancier, le temps de réponse aux appels a été deux fois plus long qu'à l'habitude à certains moments mardi et mercredi sur la rive sud de Québec. «Ça a été très, très compliqué. On a eu beaucoup de paramédics qui n'ont pas pu entrer au travail», explique Émilie Bonneau, coordonnatrice aux communications chez Dessercom. C'est à Lévis, dans Bellechasse et à Montmagny que la compagnie ambulancière a eu le plus de fil à retordre.
«Nos véhicules avaient de la difficulté à circuler à cause de la neige, mais aussi à cause des véhicules qui avaient été abandonnés sur la route et dans les bancs de neige», ajoute Mme Bonneau.