Sur ces OGM «dangereux»...

VÉRIFICATION FAITE / L’affirmation: Les Canadiens sont […] 37,7% à être en accord avec l’énoncé voulant que ces aliments [génétiquement modifiés, OGM] ne représentent aucun danger pour la santé des consommateurs et 34,7% en désaccord avec le même énoncé. Et 27,6% se disent neutres. C’est […] au Québec que les personnes y voient le plus de danger, dans une proportion de 48%», lisait-on jeudi dans une dépêche de La Presse canadienne, qui rapportait les résultats d’un sondage mené pour le compte du chercheur de l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois. Alors, qui a raison? Les OGM sont-ils toxiques pour l’humain, oui ou non?

Les faits

Il y a longtemps que cette lancinante question flotte dans l’espace public. Certains groupes écologistes s’assurent de la ramener périodiquement à la mémoire de M. et Mme Tout-le-Monde d’une manière ou d’une autre — par des pétitions pour l’étiquetage obligatoire, par des «études» périodiques sur la présence ou l’absence de maïs génétiquement modifié dans les épiceries québécoises, etc.

Et pour tout dire, il existe bien quelques (rares) études qui ont conclu à la toxicité des OGM. La plus célèbre est celle d’un chercheur français, Gilles-Éric Séralini, publiée en 2012 dans Food and Chemical Toxicology, une grande revue de toxicologie. Elle a fait grand bruit dans les médias à l’époque, mais elle a été rapidement taillée en pièce par littéralement toutes les agences de santé publique qui l’ont analysée, de même que par un grand nombre de chercheurs universitaires. Pour faire court, on lui reprochait de graves faiblesses méthodologiques et des grosses erreurs d’interprétation. Elle a d’ailleurs été retirée de la revue depuis.

De toute manière, une étude unique ne veut jamais dire grand-chose en elle-même, tout résultat devant être corroboré par d’autres, idéalement. Alors dans l’ensemble, que disent les études et les autorités scientifiques à ce sujet? Essentiellement que les OGM ne sont pas différents des aliments conventionnels, tant d’un point de vue nutritionnel que sécuritaire.

«Les aliments GM vendus présentement sur les marchés internationaux ont passé des tests de sécurité et il est improbable qu’ils posent un risque pour la santé humaine. En outre, aucun effet sur la santé humaine n’a été démontré pour la population générale dans les pays où ils ont été approuvés», lit-on sur le site de l’Organisation mondiale de la santé.

Et l’OMS n’est pas la seule autorité scientifique ou sanitaire à arriver à cette conclusion. En voici quelques-unes:

› L’Académie nationale des sciences, génies et médecine des États-Unis, dans un rapport de 2016: «La recherche sur des animaux et à propos de la composition chimique des aliments GM n’a trouvé aucune différence de risque pour la santé humaine entre la consommation d’OGM et celle d’aliments conventionnels.»

› L’Association médicale américaine, en 2012: «Cela fait près de 20 ans que des aliments GM sont consommés et, au cours de cette période, aucune conséquence manifeste sur la santé humaine n’a été rapportée et/ou démontrée dans la littérature scientifique.»

› L’Association américaine pour l’avancement des sciences (éditeur de la prestigieuse revue Science), en 2013: «En effet, la science est très claire: l’amélioration des cultures par les techniques de la biotechnologie moderne est sécuritaire.»

› La Société royale britannique, sur son site: «Il n’y a aucune donnée qui montre qu’un aliment est dangereux simplement parce qu’il a été génétiquement modifié.»

Et l’on pourrait allonger cette liste pendant très longtemps, car le degré de consensus qui règne sur l’innocuité des OGM dans la communauté scientifique est comparable à celui sur les changements climatiques.

Bien sûr, il est toujours hasardeux de se prononcer sur tous les OGM à la fois, puisque l’on peut ajouter toutes sortes de gènes différents pour toutes sortes de raisons différentes — un gène de bactérie pour faire produire un insecticide naturel à la plante, ou le gène d’une autre bactérie pour que la plante résiste à un herbicide, ou un autre gène encore pour enrichir le riz en vitamine, etc. C’est pour cette raison qu’il faut tester chaque nouvel OGM séparément.

Mais en ce qui concerne les aliments qui ont été autorisés et qui sont sur le marché, les résultats de ces tests ont été on ne peut plus clairs jusqu’à présent, n’en déplaise à certains groupes d’intérêt.

Verdict

Non, malgré des décennies d’utilisation et de recherche, il n’y a aucune raison ni donnée probante qui permette de penser que les OGM en général sont dangereux pour la santé humaine.