«Quand on s'adresse à ceux qui sont dans le système de santé pour qu'ils nous suggèrent des améliorations possibles, la réponse fréquente est : \"Je ne veux pas m'en mêler, je ne peux pas, de peur de perdre mon emploi\"», a souligné jeudi le candidat à la chefferie péquiste Paul St-Pierre Plamondon.

St-Pierre Plamondon dénonce la «loi du silence» de Barrette

Le candidat à la chefferie péquiste Paul St-Pierre Plamondon était de passage à Québec, jeudi, où il a dénoncé la «loi du silence» que le ministre Gaétan Barrette ferait peser, à ses yeux, sur le système de santé. Et il a promis de rétablir des instances de consultation que le gouvernement Couillard a abolies.
«Quand on s'adresse à ceux qui sont dans le système de santé pour qu'ils nous suggèrent des améliorations possibles, la réponse fréquente est : "Je ne veux pas m'en mêler, je ne peux pas, de peur de perdre mon emploi." Il règne une forme d'omerta qui fait que les intervenants ne sont plus à l'aise de participer à la recherche de solution», a indiqué M. St-Pierre Plamondon lors d'un bref point de presse à la place D'Youville.
Cette omerta viendrait selon lui à la fois de l'attitude du ministre et du fait qu'il a centralisé les pouvoirs en santé, tout en abolissant des «chiens de garde» et des instances de consultation. À cet égard, M. St-Pierre Plamondon promet de rétablir le poste de commissaire à la santé et au bien-être ainsi que l'Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux, passés à la trappe par le gouvernement Couillard.
Le jeune candidat à la direction du Parti québécois s'est par ailleurs dit globalement en accord avec ce que ses adversaires ont proposé jusqu'à présent en matière de santé.